Francophonie: l'Arménie accueillera le prochain sommet en 2018

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau au milieu d'autres chefs d'Etat et de gouvernment présents au XVIe sommet de la Francophonie.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

Les vingt chefs d'Etat et de gouvernement présents au sommet de la Francophonie d'Antananarivo ont désigné l'Arménie comme pays hôte du prochain sommet qui aura lieu en 2018. Pour sa part, la Tunisie accueillera la réunion en 2020.

Le XVIe sommet de la Francophonie s'est achevé ce dimanche 27 novembre par l'adoption de la « Déclaration d'Antananarivo » appellant les pays membres à une meilleure coopération notamment dans leurs actions contre le terrorisme.

Les chefs d’Etat et de gouvernement se sont également mis d’accord pour désigner l’Arménie comme pays hôte du prochain sommet en 2018. La Tunisie, qui était sur les rangs, obtient, elle, le sommet pour 2020.Une décision qui coupe court au projet de candidature du Niger qui entendait accueillir l’évènement à l’occasion des 50 ans de la déclaration de Niamey qui a créé l’organisme devenu depuis l’OIF.

Treize résolutions ont été adoptées, portant notamment sur la création d’une organisation pour la promotion de l’égalité hommes-femmes, ainsi que des résolutions sur la prévention de la radicalisation et sur la promotion de la diversité linguistique.

Edition spéciale Madagascar - XVIe sommet de la Francophonie (Partie 1)
27-11-2016 - Par RFI
Edition spéciale Madagascar - XVIe sommet de la Francophonie (Partie 2)
27-11-2016 - Par RFI

Seulement vingt chefs d'Etat et de gouvernement présents

Cette réunion d’Antananarivo aura été marquée par une faible participation des chefs d’Etat et de gouvernement. Treize chefs d’Etat, sept chefs de gouvernement. On est loin de la mobilisation qui avait eu lieu à Dakar avec 23 chefs d’Etat, deux vice-présidents et huit chefs de gouvernement. Il est vrai qu’il y avait à Dakar plus d’enjeux, avec l’élection du nouveau secrétaire général.

Les 20 chefs d'Etat et de gouvernement présents à Antananarivo ont désigné l'Arménie pour accueillir le prochain sommet de 2018. © RFI/Pauline Zidi

Toutefois pour Michaëlle Jean, à la tête de la Francophonie, cette participation n’est certainement pas une déception : « Certains chefs d’Etats n’ont bien sur pas pu être là en personne. Mais, il n’y a pas un chef d’Etat qui a annoncé sa venue et qui par la suite a dû s’excuser de ne pas pouvoir venir qui n’avait pas une raison majeure ». Et de donner l’exemple du Cameroun, justifiant l’absence du président Biya par les récentes attaques de Boko Haram.

Le sommet d’Antananarivo devait se prononcer sur la candidature de l’Arabie saoudite à un statut de membre associé de l’organisation. Candidature qui ne sera finalement examinée que dans deux ans lors du prochain sommet, car le dossier a été jugé incomplet. En dépit du soutien manifesté par sept pays africains, l’Egypte, le Sénégal, le Maroc, le Gabon, les Comores, Djibouti et le Bénin, qui ont défendu l’idée d’une admission immédiate, il a été décidé d’envoyer d’ici au prochain sommet une mission d’évaluation d’experts au royaume saoudien.

Finalement, quatre nouveaux venus rejoignent l’OIF : l’Ontario, la Corée du Sud, la Nouvelle-Calédonie et l’Argentine. Des admissions connues dès ce samedi. Il faut dire que l’Ontario n’a pas réussi à garder secrète bien longtemps l'information. Elle s’est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.