Republier
Libye Russie

Libye: le général Haftar à Moscou en quête de soutien militaire

Les quelques heures que le général Haftar (ici en 2014) a passées à Moscou ont été qualifiées de «visite officielle».
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Le général libyen Khalifa Haftar a effectué ces 27 et 28 novembre 2016 une visite de 48 h à Moscou. C’est la deuxième fois cette année que le chef des forces de l’Est lié au Parlement de Tobrouk se rend à Moscou.

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

Les deux jours que le général Haftar a passés à Moscou ont été qualifiés de « visite officielle ». C'est une première. Mais il était déjà à Moscou en juin 2016 ; il y avait rencontré le ministre de la Défense Serguei Shoigu, et le secrétaire du Conseil de sécurité nationale Nikolaï Patrouchev.

Le général Haftar devient incontournable en Libye, où il engrange les victoires militaires, avec notamment la prise récente du croissant pétrolier. Il est soutenu par l’Egypte du général Sissi, et, comme lui, qualifie les Frères musulmans de « terroristes », les accusant d’avoir trop d’influence sur le gouvernement d’union nationale parrainé par les Nations unies. Cette alliance avec Le Caire, et cette vision du terrorisme islamique, le rapprochent de la Russie.

Le général Haftar ne cache pas qu’il est venu chercher le soutien militaire de Moscou. Il bénéficierait déjà de l’aide d’instructeurs russes présents en Libye. Mais d’après la presse, il est venu demander que la Russie s’engage dans une opération militaire similaire à celle menée en Syrie. Une requête difficile à satisfaire sur le plan diplomatique alors qu’un embargo onusien interdit toutes livraisons d’armes en Libye et que le général Haftar ne représente pas le gouvernement officiel.

Et sur le plan militaire, la Russie n’a sans doute pas les moyens de s’engager sur plusieurs fronts. Mais la Russie n’est pas le seul pays que le général Haftar intéresse. Certains pays occidentaux ne sont pas indifférents à sa démarche.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.