Republier
Burundi

Burundi: le facilitateur Mkapa à Bujumbura pour tenter de relancer le dialogue

Benjamin Mkapa est en visite de trois jours à Bujumbura pour essayer de relancer le dialogue qu'il a engagé depuis une année pour tenter de sortir le Burundi de la crise (photo d'archives).
© © MWANZO MILLINGA / AFP

Le facilitateur dans le conflit burundais et ancien président tanzanien, Benjamin Mkapa, n'est parvenu jusqu'ici à faire asseoir à la même table de discussion le pouvoir burundais et son opposition à Arusha, en Tanzanie, comme il l'a tenté à deux reprises. Il va encore une fois essayer de relancer le dialogue qu'il a engagé depuis une année pour tenter de sortir le Burundi de la crise dans laquelle ce pays des Grands Lacs africains est plongé depuis fin avril 2015 et la décision du président Pierre Nkurunziza de briguer un 3e mandat. Pour cela, il est attendu à Bujumbura ce 7 décembre dans l’après-midi pour une visite de trois jours. Il semble cette fois décidé à en finir après s'être fixé un cap : un accord d'ici la première moitié de l'année prochaine.

Pas de temps mort. Benjamin Mkapa va plonger tout de suite dans le bain, après des mois de marche sur place du dialogue inter-burundais. Le facilitateur dans la crise burundaise va rencontrer dès ce mercredi soir le groupe des ambassadeurs africains, mais le clou de sa visite ça sera un entretien d'une heure trente avec le président Pierre Nkurunziza jeudi matin.

Benjamin Mkapa s'entretiendra également avec le groupe des ambassadeurs occidentaux, plus ceux de Chine et de Russie, qui ont des vues divergentes sur le dossier burundais, ainsi que les parties et acteurs politiques et la société civile burundaise.

Son objectif est de relancer un dialogue en panne depuis la dernière session organisée en juillet à Arusha, avec la différence cette fois que le facilitateur dans le conflit burundais a déjà tracé sa feuille de route : des consultations séparées avec tous les protagonistes du conflit burundais dès ce mois et un accord politique au plus tard en juin 2017.

Mais il aura fort à faire. Bujumbura est ferme sur ses positions. Il demande que ce dialogue se tienne désormais au Burundi et refuse toujours de discuter avec le Cnared, une plate-forme d'opposition dont les leaders vivent aujourd'hui en exil.

Mkapa prévoit justement d'aller à la rencontre de cette opposition en exil par la suite, pour tenter de rapprocher les positions avant d'organiser une nouvelle session de ce fameux dialogue à Arusha en Tanzanie, avec toutes les parties. Mais on en est encore loin tant les points de vue restent irréconciliables.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.