CPI: l’ancien chef de la LRA Dominic Ongwen plaide non coupable

L'ancien chef de la LRA, Dominic Ongwen, lors de l'audience du 6 décembre 2016 à La Haye.
© REUTERS/Peter Dejong/Pool

C’est un procès qui pourrait révéler au plus grand nombre les exactions commises depuis des décennies par l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), groupe fanatique ougandais, dont l'une des figures Dominic Ongwen comparaît à compter de ce mardi devant la Cour pénale internationale aux Pays-Bas. Dominic Ongwen était l’un des cinq commandants de cette rébellion sanguinaire et ce matin, il a plaidé non coupable.

Avec notre envoyée spéciale à La Haye, Léa-Lisa Westerhoff

« Votre honneur, avant de vous répondre, j’ai une question à vous poser. Je voudrais déjà vous informer que je suis très heureux parce qu'au départ quand j’ai été amené ici, ce n'était pas le cas. Quand j’étais dans le bush, j’entendais les gens parler de la CPI. Pour cette raison, je devrais être en train de pleurer. Si la Cour me le permet, je voudrais vous poser une question : êtes-vous d’accord pour dire que j’ai été le leader de la LRA ? Êtes-vous d’accord pour dire que ma vie n'a pas été ruinée ? Au nom de Dieu, je nie toutes les accusations liées aux violences dans le nord de l’Ouganda ».

C’est donc en victime que Dominic Ongwen s’est présenté ce mardi matin devant les juges, portant un costume beige, une cravate bleue, le visage fermé, le regard concentré. Lorsque le juge lui demande s’il a bien compris les accusations portées contre lui, Dominic Ongwen répond « oui », mais « non » au fait qu’il en soit tenu responsable.

« C’est la LRA qui a enlevé des gens dans le nord de l’Ouganda, la LRA qui a commis les crimes. J’ai été l’une de leurs victimes, mais ce n’est pas Dominic Ongwen qui a commis les crimes de la LRA », insiste-t-il. Le juge poursuit : « Est-ce à dire que vous plaidez non coupable ? ». « Oui », répond Dominic Ongwen avant que la séance ne soit levée.

Près de 200 000 victimes de la LRA

Persécutions, pillages, tortures, grossesses forcées, viols, enlèvements d’enfants, traitements inhumains, voici quelques-uns des 70 chefs d’inculpation que la Cour a retenus contre Dominic Ongwen et lus pendant près d’une demi-heure ce matin. Un procès inédit, car depuis la création de la LRA il y a près de 30 ans, il n’y a jamais eu de procès, aucun responsable de ce mouvement sanguinaire n’a eu à rendre de compte devant la justice.

Pour les quelque 200 000 victimes au moins de ces terribles exactions, ce procès est donc très attendu. C’est d’ailleurs sur cet aspect que la procureure Fatou Bensouda a insisté à l’ouverture de son argumentaire. « Les victimes ont bien assez attendu », a-t-elle dit. Fatou Bensouda qui a aussi tout de suite voulu déminer cette question centrale du procès : Dominique Ongwen est-il victime ou bourreau ? « Avoir souffert et avoir été une victime dans le passé n’est pas une excuse pour commettre des crimes à nouveau. Nous ne sommes pas là pour nier qu’il a été une victime dans le passé, a-t-elle dit, nous sommes là pour prouver s’il s’est rendu responsable de crimes commis en tant qu’adulte ».

Mais la tâche des juges va être particulièrement complexe. En effet, Dominic Ongwen, âgé de 40 ans aujourd’hui, a lui-même été enlevé par la LRA sur le chemin de l’école alors qu’il avait 10 ou 12 ans. Un argument sur lequel la défense compte bien s’appuyer tout au long de ce procès, comme on a pu le voir dès le début de l’audience. La victimisation, c’est aussi ce qu’avaient tenté un peu plus tôt ses avocats avec une demande que Dominic Ongwen subisse un examen psychiatrique pour décider s’il est en état de comprendre les accusations et d’assister à son procès. Une requête rejetée par le juge qui l’a qualifiée de tactique pour retarder le procès.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.