Republier
Gambie

Pour l’ex-opposant Ousseynou Darboe, la Gambie entre dans une «nouvelle ère»

Ousseynou Darboe chez lui, le 6 décembre 2016, à Banjul (Gambie).
© SEYLLOU / AFP

En Gambie, 24 heures après sa libération provisoire, Ousseynou Darboe a retrouvé sa famille, ses proches et les membres de son parti, le Parti démocratique unifié (UDP). Le nouveau président Adama Barro, s’il a été soutenu par une coalition, vient également de l’UDP. Ousseynou Darboe a organisé une conférence de presse, l’occasion pour lui d'aborder sa vision de la nouvelle Gambie.

Rasé de près, en boubou bleu brodé, Ousseynou Darboe a clairement repris du poil de la bête. Pour débuter sa première journée d’homme libre, il a effectué un bilan de santé. Face à la presse, le leader politique revient sur l’élection d’Adama Barrow : « Je suis extrêmement fier que quelqu’un de mon parti, leader de la coalition, batte Yaya Jammeh. Et je pense vraiment que le président élu, Adama Barrow, va donner aux Gambiens ce que les Gambiens veulent. »

Pour ce qui est de son avenir politique, Ousseynou Darboe se dit prêt à aider le gouvernement : « Ce dont j’ai profité dans ce pays, je veux que mes petits-enfants le vivent aussi. La liberté de conscience, la liberté. C’est ce que je veux pour eux. Je ne rejetterai aucune offre que l’on me fera de travailler pour le gouvernement. Mais je ne vais pas chercher à obtenir un poste. » Comme si c’était une stratégie, Adama Barrow a lui aussi botté en touche.

« Je souhaite que mon pays devienne le meilleur »

Ousseynou Darboe refuse d’attaquer frontalement Yahya Jammeh : « C’est un Gambien et nous espérons qu’il restera vivre en Gambie. Je ne connais pas les délits qu’il a commis. Et on ne peut mettre les gens en prison que s’ils ont commis des infractions et moi, je ne sais pas si Jammeh en a commis. »

Le vent de la liberté souffle aussi chez Ousseynou Darboe qui imagine un avenir radieux pour la Gambie : « Je souhaite que mon pays devienne le meilleur. Et je pense qu’avec cette nouvelle ère, nous serons sur la bonne voie pour faire de ce pays un pays que tout le monde nous envie. »

Désormais remis sur pied, Ousseynou Darboe sera, officiellement ou non, un important conseiller du président Adama Barrow.

Ousseynou Darboe, le 6 décembre 2016. © RFI/Guillaume Thibault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.