Une phrase du maire de Johannesburg sur les immigrés illégaux fait polémique

Le maire de Johannesburg, Herman Mashaba, élu en août dernier à la tête de la ville.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

En Afrique du Sud, la polémique continue d'enfler suite aux propos du maire de Johannesburg, assimilant les étrangers illégaux à des « criminels ». La petite phrase a été prononcée lors d'une interview de Herman Mashaba, le maire affilié au parti d'opposition l'Alliance Démocratique, qui a été élu à ce poste en août. L'ANC et plusieurs organisations ont réagi, en dénonçant des propos à caractère xénophobe. Une manifestation est prévue ce lundi.

L'organisation de défense des droits des étrangers African Diaspora Forum, a prévu une manifestation ce lundi suite aux propos controversés d'Herman Mashaba.

Au début du mois, le nouveau maire de Johannesburg a évoqué en conférence de presse le problème des immeubles squattés au centre de la ville. Selon lui, beaucoup de bâtiments sont occupés par des immigrés illégaux. Des « criminels » selon le maire, qui entend les traiter comme tel.

Dans le contexte sud-africain, marqué par plusieurs vagues d'attaques xénophobes, la phrase passe très mal. L'ANC a immédiatement menacé de saisir la Commission sud-africaine des droits de l'homme. Et l'organisation Corruption Watch a également publié un communiqué, en demandant au maire de retirer ces propos « infondés » qui risquent de « nourrir le sentiment xénophobe ».

Du côté de la communauté africaine, on se dit « choqué ». Le président de l'association African Diaspora Forum a estimé que le maire de Johannesburg devrait commencer par « rénover ces immeubles » au lieu de lancer ce genre d'accusations « sans aucun chiffre, ni aucune preuve ».

L'organisation demande à Herman Mashaba de présenter des excuses. Le maire se défend de toute xénophobie, et assure vouloir simplement faire respecter la loi.