Ethiopie: inauguration du Gibe, barrage hydroélectrique le plus haut d'Afrique

Inauguration du barrage Gibe III, dans la vallée Omo, en Ethiopie, le 17 décembre 2016. Ce barrage devrait doubler la fourniture en électricité du pays.
© AFP

Il devrait aussi devenir à terme le troisième du continent. Il permettra au pays de doubler quasiment sa capacité énergétique et d'approvisionner ses voisins. Le gigantisme de ce projet n'a pas été sans créer de controverses.

Haut de vingt-quatre mètres, soit un immeuble de dix étages, ce barrage situé à 350 km au sud-ouest d’Addis-Abeba doit atteindre une production de 1870 mégawatts. Il fait partie d'une série de barrages hydroélectriques en cours de construction le long de la rivière Omo. Sa réalisation, qui aura duré neuf ans et connu de nombreux retards, s'élève à 1,5 milliard d'euros, financée à 40% par l'Etat éthiopien et à 60% par une banque chinoise.

En y ajoutant les projets de barrage sur le Nil bleu, l'Ethiopie prévoit d'atteindre l'auto-suffisance énergétique et même d'approvisionner le Kenya voisin.

Des protestations se sont élevées contre ce barrage qui menacerait la survie des centaines de milliers de personnes vivant en aval et jusqu'au lac Turkana situé au Kenya. Ce lac, le plus grand lac désertique au monde, dépend à 80% des eaux de l'Omo et il est classé, comme la vallée de l'omo, au patrimoine mondial de l'humanité. En 2011, l’Unesco avait vainement appelé l'Ethiopie à cesser les travaux de construction.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.