RDC: les inquiétudes de l'Union européenne

Pour Federica Mogherini (photo), s'ouvre une «période à haut risque» en RDC.
© REUTERS/Laurent Dubrule

L'Union européenne (UE) ne cache pas son inquiétude après l'échec des dernières négociations dans le cadre de la médiation de la Conférence épiscopale du Congo (Cenco). La Haute représentante de l'Union pour la politique étrangère, Federica Mogherini, vient de publier un communiqué.

Avec notre bureau de bruxelles,

C'est une « période à haut risque » qui s'ouvre en République démocratique du Congo (RDC) après l'échec des dernières négociations, hier. Ces mots sont de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. Les autorités congolaises doivent assurer « le strict respect des libertés fondamentales, faire preuve de la plus grande retenue et s'abstenir de tout usage disproportionné de la force » dans leur réaction aux manifestations, poursuit-elle.

Quant aux acteurs de l’opposition, ils doivent se montrer « responsables en assurant le caractère pacifique de leurs actions ». Elle insiste : un accord reste à portée de main. Celui-ci doit être inclusif pour permettre la tenue d'élections transparentes et crédibles dans les plus brefs délais.

« L'absence d'accord pourrait affecter les relations entre l'UE et la RDC », peut-on lire dans le communiqué. Sept hauts responsables du régime Kabila ont été sanctionnés par les Européens lundi dernier. Une liste qui pourrait être étendue en cas de nouvelles violences, menace-t-on ici à Bruxelles.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.