Visite d'Etat de Macky Sall en France

Le président sénégalais Macky Sall.
© AFP PHOTO / THOMAS SAMSON

Le président sénégalais Macky Sall est arrivé dimanche soir à Paris pour une visite d'Etat, la première depuis Abdou Diouf en 1992. Une visite d'Etat, c'est avant tout un protocole précis, un agenda où se succéderont les symboles.

Pour recevoir Macky Sall, Paris s'est drapée dans les couleurs rouge-jaune-vert du Sénégal. Les drapeaux flottent autant sur l'avenue des Champs-Elysées que sur la mairie et les grands édifices de la capitale française.

Ce lundi, le président sénégalais est à Strasbourg pour visiter l'entreprise Alstom, constructeur de train qui vient de décrocher le contrat pour le TER qui ira de Dakar au futur aéroport international (lire encadré ci-dessous).

Dîner d'Etat le 20 décembre

Mardi, les événements vont se succéder avec un hommage militaire aux Invalides, un entretien avec François Hollande en présence des présidents du Sénat et de l'Assemblée, puis une cérémonie officielle à la mairie avant le grand dîner d'Etat le soir à l'Elysée.

Cette visite sera l'occasion pour le Sénégal de mettre en avant ses atouts, sa culture, sa croissance, mais aussi de rappeler certains principes.

Alors que la France est en campagne électorale, Macky Sall a été très critique sur de possibles accords concernant le retour des migrants illégaux contre une aide à la coopération entre l'Union européenne et des Etats africains. Mais il a aussi pointé du doigt l'amalgame fait en Occident entre islam et radicalisation.


Trois groupes français au charbon pour le train express régional du Sénégal

Engie, Thalès et Alstom ont remporté l'appel d'offre pour réaliser le chantier du train express de Dakar. L'Agence sénégalaise pour la promotion de l'investissement et des grands travaux l'a annoncé mercredi soir. Le TER doit relier Dakar au futur aéroport international Blaise-Diagne de Diass. Un projet que le président Macky Sall veut emblématique de son Plan Sénégal émergent.

Le train express régional est le « plus grand projet du Sénégal indépendant » a déclaré le président Macky Sall mercredi, lors du lancement des travaux. Et pour cause, il s'agit d'abord de construire une voie ferrée à traction électrique, rapide et conforme aux standards internationaux. Le groupe énergétique français Engie en partenariat avec Thalès vont concevoir et réaliser les systèmes ferroviaires. Un contrat à 148 milliards de francs CFA, soit 225 millions d'euros.

Quinze trains ont également été commandés à Alstom. Ils seront à la fois diesel et électriques. Le constructeur français est resté discret sur le montant du contrat. En mai dernier, le marché était estimé à 140 milliards de francs CFA, près de 215 millions d'euros.

Avec le TER, Macky Sall veut frapper un grand coup pour montrer l'engagement du Sénégal sur la route de l'émergence. Il sera un « modèle de modernité », assure-t-il. Avec une vitesse de pointe de 160 km/h, ce train reliera Dakar au nouvel aéroport en trois quarts d'heure. Le rythme des travaux sera soutenu puisque le président a d'ores et déjà donné rendez-vous à l'inauguration qu'il prévoit le 14 janvier 2019. Les Français n'ont plus qu'à retrousser leurs manches.