Bénin: premier discours à la nation du président Patrice Talon

Le président béninois, Patrice Talon.
© Wikimedia

Au Bénin, six jours après le lancement en grande pompe du Programme d'action du gouvernement, le président Patrice Talon, élu en avril dernier, a prononcé jeudi 22 décembre son premier discours à la nation. Il a dressé un rapide diagnostic du pays qu'il a trouvé en arrivant au pouvoir et la liste de ses premières décisions. Le chef de l'Etat, qui a promis de ne faire qu'un mandat de cinq ans, a demandé aux Béninois de l'accompagner.

Vingt-cinq minutes ont suffi au président Patrice Talon pour délivrer son message ; tout avait été dit durant quatre heures au lancement du programme d'action du gouvernement il y a une semaine. Le chef de l'Etat le réaffirme, il sait que les attentes sont grandes. « Je lis l’inquiétude dans le regard de mes compatriotes : j’entends les critiques, le diagnostic est fait, les remèdes sont identifiés et la machine est en voie d’être relancée », a-t-il lancé.

Patrice Talon explique qu'il faudra du temps, de la méthode, de la rigueur. Et un nouvel état d'esprit. « Le rêve ne deviendra réalité que si nous portons tous les mêmes espoirs : changeons de mentalité, faisons nôtres les valeurs cardinales, telles que le respect de l’autorité, de la loi et de la chose publique », exhorte-t-il. A la fin de son discours, il répond implicitement à ceux qui l'accusent de continuer ses affaires. « Je garderai toujours à l’esprit l’intérêt général, rien que l’intérêt général », assure-t-il.

Les députés, qui ont adopté le budget 2017 à l'unanimité la semaine dernière, disent apprécier, même ceux qui n'ont pas soutenu Patrice Talon lors de la présidentielle. « Il est convaincu de ce qu’il veut faire. On sait que Patrice Talon aime le beau pour lui-même d’abord. C’est un homme très ambitieux pour lui-même, par conséquent ça va rejaillir sur le pays », croit Augustin Ahouenvoebla, du Parti du renouveau démocratique (PRD).

→ (RE)LIRE : Bénin: à la télévision, les ministres présentent 77 réformes à venir

Quant aux Béninois, ils vont retenir cet engagement du président : « Mon mandat ne sera pas celui des fausses promesses. »

Mon mandat ne sera pas celui des fausses promesses, mais plutôt celui de la responsabilité.
Patrice Talon
22-12-2016 - Par Delphine Bousquet