RDC: Samy Badibanga prête serment et alarme sur la crise économique

Le nouveau Premier ministre congolais Samy Badibanga, lors d'une conférence de presse à Kinshasa, le 20 décembre 2016.
© REUTERS/Kenny Katombe

En République démocratique du Congo (RDC), le gouvernement a prêté serment jeudi 22 décembre après-midi. Une cérémonie dans un contexte de très grande tension. Le nouveau Premier ministre Samy Badibanga est certes issu des rangs de l'opposition, mais la décision de Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir après la fin de son mandat lundi a été très mal perçue par de nombreux Congolais qui ont manifesté leur colère. Lors de son discours, Samy Badibanga a surtout insisté sur la situation économique du pays.

Pour Samy Badibanga, la RDC ne dispose plus que de quatre semaines de devises pour payer les importations, alors que le Congo Kinshasa est un pays très largement importateur. Entre 2013 et 2016, les réserves de devise ont été divisées par plus de 2, s'est alarmé le nouveau Premier ministre. Un chiffre considérable qui inquiète au plus haut niveau à Kinshasa.

Le programme de Samy Badibanga est très axé sur la lutte contre la crise économique qui frappe le pays. Il a d'ailleurs parlé d'un problème de redistribution des fruits de la croissance, évoquant aussi les problèmes de corruption, promettant de poursuivre les auteurs de détournement économique.

Nous poursuivrons par tous les moyens les responsables de détournement de fonds publics
Le programme ambitieux de Samy Badibanga
23-12-2016 - Par RFI

Des négociations pour « des lendemains meilleurs »

Le chef du gouvernement congolais a également parlé de la cohésion nationale et des négociations sous l'égide de l'Eglise catholique pour « des lendemains meilleurs ».

Pour les élections, Samy Badibanga s’est engagé à respecter les délais prévus par l’accord du 18 octobre, à savoir des élections au mieux en avril 2018. Il a expliqué que l’organisation des élections était la raison d’être de son gouvernement. Le scrutin pourrait selon lui coûter près de 2 milliards de dollars. Il a ainsi expliqué qu'il faudrait pour les financer l'appui des partenaires étrangers, alors que beaucoup menacent de se retirer.

Le Premier ministre congolais a par ailleurs insisté sur l'importance du respect des droits de l'homme, promettant de mettre fin aux arrestations arbitraires, ainsi qu'aux procès politiques, insistant enfin sur l'importance de la liberté d'expression et la liberté de la presse.