Nigeria: Boko Haram aurait été chassé d’une de ses dernières bases

Des militaires nigérians se préparent à une patrouille nocturne dans la forêt de Sambisa, fief de Boko Haram, en avril 2014.
© Ben Shemang / RFI

Le président nigérian Muhammadu Buhari annonce la reprise de la forêt de Sambisa, l’une des dernières bases de repli du groupe terroriste Boko Haram dans le pays. Une victoire de taille revendiquée par les autorités, mais qui reste encore à confirmer.

Ce n’est pas la première fois que le Nigeria annonce la fin de Boko Haram. Il y a un an, le président affirmait que le groupe terroriste était techniquement vaincu. Les mois qui ont suivi ont montré qu’il était toujours capable d’organiser des attentats et d’attaquer les civils.

Il y a quelques jours encore, l’armée affirmait avoir arrêté 500 combattants jihadistes et libéré presque 1 900 otages dans la zone de Sambisa.

Aujourd’hui, le chef de l’Etat nigérian se montre très satisfait. Il assure que les terroristes sont en fuite et n’ont plus de zone de repli. Muhammadu Buhari encourage d’ailleurs les soldats à les poursuivre pour qu’ils soient traduits en justice.

Les opérations durent depuis des mois dans la forêt : 1 300 km2 de végétation très dense, des arbustes épineux qui gênent les déplacements, regagnés petit à petit depuis le mois de février.

Des informations difficiles à vérifier

Mais comme l’accès à cette région du nord-est est très strictement contrôlé par l’armée, il est impossible de vérifier les informations. Et il est déjà arrivé par le passé que l’armée nigériane fasse des annonces un peu précipitées. Elle a par exemple affirmé plusieurs fois avoir tué le chef de Boko Haram, mais ce dernier a démenti à chaque fois et est toujours en vie.

La situation est un peu différente aujourd’hui car, avec l’élection de Muhammadu Buhari, l’état-major a changé. Mais un universitaire spécialiste du Nigeria préfère rester prudent : Boko Haram perd effectivement du terrain, mais ce n’est pas la fin du groupe terroriste.

Un point de vue que partage aussi Guibaï Gatama, le directeur de publication du journal camerounais l'Oeil du Sahel. « De façon globale, ils ont encore où se cacher dans cette forêt. Cette forêt est vaste. Boko Haram a perdu un camp mais, pour l’instant, je ne peux pas dire que Boko Haram a perdu toute la forêt de Sambisa, explique-t-il. Et quand bien même cette forêt serait prise, ce qui est sans doute une question de temps, une bonne partie des troupes s’est déjà déplacée. C’est la raison pour laquelle le Cameroun a lancé cette vaste opération depuis le 19. L’objectif de cette opération c’est justement d’empêcher que les hommes de Boko Haram qui fuient la forêt puissent s’infiltrer. Donc c’est une guerre encore longue. Perdre une base, ça ne veut pas dire que la guerre est terminée. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.