Résolution sur les colonies en Cisjordanie: le Sénégal assume son vote

Le président sénégalais Macky Sall et son gouvernement ont défendu leur position sur les colonies israéliennes.
© AFP PHOTO/SEYLLOU

Le Sénégal a défendu sa décision de voter, vendredi 23 décembre, à l'ONU en faveur d'une résolution demandant l'arrêt de la colonisation dans les territoires palestiniens et à Jérusalem-Est. Ce vote a provoqué la colère d'Israël, qui, dans la foulée, a annoncé une série de mesures contre plusieurs pays.

En obtenant qu'un vote soit organisé vendredi 23 décembre à l'ONU sur une résolution contre les colonies israéliennes, le Sénégal (avec le Venezuela, la Malaisie et la Nouvelle-Zélande) a considérablement agacé le gouvernement israélien. Quelques heures après l’adoption du texte, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a annoncé le rappel immédiat de son ambassadeur au Sénégal pour consultations, et a décidé d'annuler des programmes d'aide et la visite, prévue le mois prochain, du ministre des Affaires étrangères sénégalais.

Ce dimanche, à la télévision publique RTS, le porte-parole du gouvernement Seydou Gueye a assuré que son pays n'avait pas encore été officiellement notifié de ces décisions, mais donnerait suite le moment venu. Il a ensuite expliqué pourquoi ce vote est conforme à sa vision de la diplomatie. « Il faut saluer la position du Sénégal, et d’ailleurs la communauté internationale nous félicite, et notamment les pays musulmans, puisque le Sénégal a une position très claire dans ses rapports avec Israël, et ses relations avec la Palestine. Depuis 1975, c’est le Sénégal qui préside le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, a rappelé Seydou Gueye. Et ce n’est pas parce que le Sénégal soutient le peuple palestinien qu’il est contre l’Etat d’Israël.

Je voudrais signaler que c’est le président Abdou Diouf, qui a rétabli les relations avec Israël, continue Seydou Gueye. Ensuite, l’ancien président Abdoulaye Wade n’a pas changé la perspective. Donc, en vérité, dans ces rapports avec Israël, le président Macky Sall est dans une continuité. Notre ambassadeur accrédité auprès de l’Etat d’Israël s’apprêtait à présenter ses lettres de créance puisqu’il y a eu un regain d’intérêt entre les deux pays. Mais le Sénégal a tenu à être conforme à sa vision de la diplomatie puisque la diplomatie et la politique extérieure du Sénégal se définissent ici au palais de la République, et nulle part ailleurs. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.