En RCA, attaques et braquages ciblent régulièrement les humanitaires

Personnel soignant et patients dans les locaux de MSF, au camp de réfugiés de Mpoko, à Bangui, Centrafrique (photo d'archives).
© Yann Libessart/MSF

A Bambari, au centre de la Centrafrique, Médecins sans frontières a de nouveau été braquée il y a deux jours par des hommes armés. Un membre du personnel a été blessé et l'ONG a décidé de suspendre temporairement ses activités. En RCA, les humanitaires sont régulièrement victimes des bandes armées.

Cette attaque contre Médecins sans frontières (MSF) n'est pas la première. Alors que la Centrafrique est l'un des pays où les ONG sont le plus présentes au monde, les attaques et braquages sont presque quotidiens.

Selon INSO, qui est en charge de la sécurité des ONG, plus de 300 incidents ont eu lieu depuis le début de l'année. La RCA détient ainsi le record du pays où l'action humanitaire est la moins respectée.

Pour Joseph Inganji, le chef du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) à Bangui, la situation est alarmante. « Nous avons eu des attaques répétées contre les humanitaires. Les compounds des humanitaires ont été visités plusieurs fois par des personnes armées non identifiées. Nous avons plusieurs cas, Kaga-Bandoro, Bria, à Bambari, à Ndjoukou. La situation est vraiment très préoccupante et je voudrais rappeler que les crimes contre les humanitaires sont des crimes contre l'humanité. »

Il y a deux jours également, un incendie criminel a eu lieu dans un des camps de Batangafo, au nord du pays : 137 huttes ont été brûlées, laissant plus de 900 déplacés sans abri. Autant de personnes, qui auront besoin, en urgence, d'aide humanitaire.