Republier
Ethiopie

Ethiopie: Merera Gudina, figure de l'opposition oromo, devant les juges

Manifestation dans le square Meskel à Addis Abeba, le 6 août 2016.
© REUTERS/Tiksa Negeri

En Éthiopie, Merera Gudina, une figure de l'opposition oromo, a comparu devant un tribunal d'Addis Abeba le 30 décembre. Il est désormais accusé de « terrorisme » après avoir partagé sa tribune avec le leader d'un groupe armé qui mène des opérations depuis l'Érythrée.

Merera Gudina a la réputation d'être avant tout un intellectuel et un partisan de l'auto-administration du peuple oromo. Président du Congrès fédéraliste oromo, il avait été arrêté à sa descente d'avion le 30 novembre, alors qu'il rentrait de Bruxelles où il avait participé à une conférence au Parlement européen.

À cette occasion, il avait notamment partagé la tribune avec le très controversé politicien Berhanu Nega, le leader d'un groupe armé considéré comme une organisation terroriste par l'Éthiopie et qui mène des opérations depuis l'Érythrée voisin. Ce que le gouvernement éthiopien n'a pas supporté.

Opposant de toujours, emprisonné sous le régime de Mengistu Hailé Mariam (1977-1991), ce professeur de l'université d'Addis Abeba, la capitale, est aujourd'hui le chef d'un parti autonomiste modéré, condamnant la violence et même le boycott des élections.

Rejet de la violence politique

Le 29 décembre, ni sa famille ni aucun diplomate n'ont été autorisés à assister à sa comparution devant un tribunal du quartier d'Arada, à Addis-Abeba. Il était détenu depuis son arrestation en vertu des dispositions de l'état d'urgence, qui autorise la détention sans chef d'accusation formelle.

Le procureur a fait savoir qu'il était désormais sous le coup d'une enquête pour « terrorisme », une accusation fermement rejetée devant ses juges par Merera Gudina, qui a rappelé qu'il avait passé sa vie à rejeter la violence politique.

Le tribunal a accepté de donner trente jours aux enquêteurs pour étoffer leur cas. Sa prochaine comparution est prévue le 28 janvier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.