Le Niger va «accélérer» les procédures de présumés combattants de Boko Haram

Les environs du Lac Tchad sont régulièrement la cible d'attaques de Boko Haram, comme ici à Ngouboua, en avril 2015.
© AFP PHOTO / PHILIPPE DESMAZES

Le Niger va « accélérer » les procédures judiciaires à l'encontre d'un millier de présumés combattants de Boko Haram incarcérés depuis plus d'un an dans le pays, a assuré vendredi 30 décembre le ministre nigérien de l'Intérieur, Bazoum Mohamed. Il avait par ailleurs annoncé la reddition d'une trentaine de ressortissants nigériens combattant aux côtés des islamistes nigérians.

C’est le nouveau tournant qu’a connu la guerre contre Boko Haram. La reddition de 31 personnes va permettre l’accélération des procédures judiciaires. Selon le directeur du service central de lutte contre le terrorisme, 1 600 personnes sont soupçonnées d’être proches du groupe terroriste. Ces dernières sont réparties dans quatre prisons hautement sécurisées au Niger. Par ailleurs, le tiers de ces prisonniers sont de nationalité nigériane.

Selon le ministre de l’Intérieur, Bazoum Mohamed, alors en fin de tournée de travail dans la région du lac Tchad, une mission composée de magistrats, du procureur de la République et de chefs des services antiterroristes se rendra à Diffa et mènera des enquêtes dans les villages où ces personnes ont été arrêtées pour accélérer les procédures judiciaires.

Un dispositif sécuritaire maintenu

« Ceux dont les dossiers paraîtront légers aux yeux des juges seront libérés immédiatement, a expliqué le ministre, par contre ceux ayant connu des actes seront jugés. »

La plupart d’entre eux ont été arrêtés à la faveur de l’état d’urgence instauré dans la région de Diffa ou capturés lors des combats entre les forces armées nigérianes et les éléments de Boko Haram dans la région du lac Tchad. Malgré cette victoire des forces armées sur les terroristes, le dispositif sécuritaire sera maintenu.

Cette nouvelle donne sur le front Est a bien été accueillie par les Nigériens, et de source sécuritaire, près de 200 nouvelles redditions sont attendues dans les prochains jours à Diffa.

Le président Issoufou appelle les jeunes à déposer les armes

« C’est le lieu de me réjouir des succès enregistrés dans la lutte contre Boko Haram dans le bassin du lac Tchad. Je félicite et encourage nos soldats de la force mixte multinationale auxquels nous devons ce succès », a déclaré le président Mahamadou Issoufou lors de son message de fin d’année à la nation. « A ces soldats et à l’ensemble des forces de sécurité du Niger, je dédie en guise d’hommage le prix Mandela pour la sécurité dont notre pays vient d’être honoré. »

« Par ailleurs, je lance un appel à tous ceux qui se sont laissés entraîner dans la voie de l’égarement, par Boko Haram et par les autres organisations terroristes, à se ressaisir et à déposer les armes. Nous leur garantissons l’intégrité physique ainsi qu’une réinsertion digne dans la vie sociale économique », a ajouté le chef de l’Etat.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.