Centrafrique: à quand le retour de François Bozizé?

François Bozizé, ici en janvier 2013.
© AFP/Sia Kambou

François Bozizé veut revenir en Centrafrique. Et c'est par la voix de ses supporters qu'il le fait savoir. Le KNK, le parti de l'ancien président renversé en 2013, a publié un communiqué réclamant le retour de son chef, dans une logique, énonce-t-il, de « dialogue inclusif ».

Par ces termes, le bureau politique du parti rappelle qu'il n'y a pas de raisons que le gouvernement discute avec les groupes armés et non avec le chef, même en exil, d'un parti légitime.

« Nous avons appris que le gouvernement centrafricain discute avec les groupes armés qui étaient hier les bourreaux du peuple centrafricain avec à sa tête Nourredine Adam. Ça nous laisse toujours un goût de justice à géométrie variable », explique Bertin Béa, le secrétaire général du KNK.

Alors que Faustin-Archange Touadéra, le président actuel, a été Premier ministre de François Bozizé pendant cinq ans, son gouvernement préfère ne pas se prononcer sur le sujet.

Cependant, une source proche du pouvoir reconnaît qu'il n'est pas normal d'écouter les rebelles, qui contrôlent les deux tiers du pays, et en même temps d'exclure du dialogue François Bozizé.

Tout en rappelant que ce dernier est frappé par des sanctions de la communauté internationale et poursuivi par la justice centrafricaine, et qu'une levée des sanctions n'est pas prévue à l'heure actuelle.

→ A (re)lire : De la fuite de Bozizé à l'élection de Touadéra, trois ans de crise en RCA