Tchad: le pouvoir réagit à la création d’un nouveau mouvement d’opposition

Le président tchadien Idriss Déby, le 31 janvier 2016.
© REUTERS/Tiksa Negeri

La réaction du MPS, le parti du président tchadien Idriss Déby, après la création du « Mouvement pour l'éveil citoyen », le Méci. Il s'agit d'une vaste plateforme, inédite au Tchad, qui rassemble non seulement les principaux partis d'opposition, mais aussi les grandes organisations de la société civile (syndicats, défenseurs des droits de l'homme, avocats, etc.). Le Méci vient de lancer ses activités, ce qui n'est pas du goût du parti au pouvoir qui dénonce, dans un communiqué, « un attelage contre nature aux objectifs séditieux », « un mélange des genres ».

Nous sommes surpris de constater que maintenant la société civile fait de l’opposition, fait de la politique. Nous pensons que nous avons eu à organiser des élections les plus transparentes. Le résultat a été proclamé. Evidemment, l’opposition doit faire son travail, mais quand ils s’associent à des gens qui n’ont pas d’objectifs politiques? Quand vous voyez des avocats, des syndicats, se mêler à des partis politiques pour dire, on s’associe pour l’alternance. Et avec tout ça, un mouvement comme par enchantement, un mouvement militaire qui se met derrière pour les soutenir et pour les encourager.

Jean-Bernard Padaré
06-01-2017 - Par Carine Frenk

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.