Republier
Guinée-Bissau

Guinée-Bissau: le président dénonce un détournement de 100 millions d’euros

Le président de Guinée-Bissau, José Mário Vaz, a dénoncé des malversations effectuées par le guvernement de Domingos Simões Pereira.
© AFP PHOTO / SIA KAMBOU

En Guinée-Bissau, le président José Mário Vaz est sorti de son silence, vendredi 6 janvier, lors d’un dîner offert par le ministre de l’Intérieur, Botché Candé. Le président bissau-guinéen a dénoncé, publiquement, et avec virulence, le fait qu’environ 100 millions d’Euros ont été indûment retirés des coffres de l’Etat par le gouvernement de son ex-Premier ministre, Domingos Simões Pereira. Le président a demandé à la justice de se saisir du dossier pour poursuivre les auteurs de la malversation.

Jamais José Mário Vaz n’a été si direct, étalant au grand jour ce que lui-même a appelé « le dossier rouge sur la corruption », un volumineux dossier traitant plusieurs opérations de malversations financières estimées à environ 100 millions d’euros indument retirés des coffres de l’Etat. « Aujourd’hui, les preuves existent », a-t-il déclaré.

A cela s’ajoutent les nombreuses questions à propos de la destination des 35 milliards de francs CFA du Fonds monétaire international (FMI) utilisés pour éponger la dette des opérateurs économiques locaux. Une dette contractée auprès des banques privées de la place.

Les preuves sont « plus que suffisantes et disponibles pour que la justice fasse son travail », a déclaré le président Vaz qui a par ailleurs annoncé la mise sur place d’une Commission anticorruption pour décourager les agents véreux, encore tapis dans l’ombre.

Pour plusieurs analystes politiques interrogés par Rfi, [la vérification] des comptes publics doit être faite par un cabinet indépendant et non par des personnalités qui sont à la fois juges et parties.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.