Republier
France Mali

Mali: assassinat des journalistes de RFI, «François Hollande a un rôle à jouer»

Reporters sans frontières (RSF), avec l’association des Amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon et la Société des journalistes de RFI, devant le Palais de justice à Paris, le 13 janvier 2017.
© RSF

C’est au Mali, à Kidal, que nos deux confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été assassinés le 2 novembre 2013. Trois ans plus tard, l’enquête ne progresse que très lentement : aucun responsable n’a pu être capturé et les circonstances de leur enlèvement demeurent très floues. Ce vendredi matin, l’association des amis de Ghislaine et Claude, Reporter sans Frontières et la société des journalistes de RFI se sont réunis devant le Palais de justice à Paris pour interpeller François Hollande. Ils réclament que la lumière soit faite et la justice rendue dans cette affaire.

Trois ans déjà depuis l’assassinat de nos confrères. Les proches, les collègues, la famille, réclament encore justice, et l’interrogation de tous les témoins, pour certains abattus lors d’opérations militaires.

Pierre Firtion de la société des journalistes de RFI : « C'est en appréhendant et en arrêtant les ravisseurs et les commanditaires que l'on parviendra à comprendre ce qui s'est passé, et on essayera de faire notre deuil, pour les familles et les collègues de Claude et Ghislaine, on doit savoir ce qui s'est passé. Et ce n'est pas en neutralisant les gens qui sont suspectés d'être impliqués dans le dossier que l'on y arrivera ».

Le 2 novembre a été déclaré « Journée mondiale pour la fin de l'impunité des crimes  contre les journalistes ». Mais beaucoup reste à faire, explique Christophe Deloire de Reporters sans Frontières : « Malheureusement, aujourd'hui dans le monde, plus de 90% des assassinats de journalistes ne font jamais l'objet de poursuites. François Hollande a un rôle à jouer, d'abord parce que comme il l'a raconté à des journalistes, manifestement il en sait beaucoup lui-même, par les informations qui lui ont été communiquées par l'appareil d'Etat, sur ce qu'il s'est passé à Kidal, là même où les deux journalistes ont été tués ».

Tous appellent le chef de l’Etat français à saisir l‘occasion du sommet de Bamako pour faire enfin la lumière sur ce drame.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.