Republier
Tchad

Tchad: le mouvement citoyen MECI proteste contre son interdiction

Sur le marché de Ndjamena.
© ISSOUF SANOGO / EUROPEAN-COMMISSION / AFP

Au Tchad, le Mouvement pour l'éveil citoyen (MECI) conteste son interdiction par les autorités. Cette coalition regroupe des personnalités de la société civile, des syndicats et des partis politiques. Elle a répondu, samedi 14 janvier, au gouvernement.

Il y a une semaine, le Mouvement pour l’éveil citoyen a été interdit de toute activité par le ministre de l’Administration du territoire. Le gouvernement l’accuse d'avoir des projets de trouble de l'ordre public. Au micro de RFI, Dobian Assingar, porte-parole du MECI, accuse les autorités tchadiennes de « dictature ».

« Le MECI est un mouvement citoyen, soutenu par des personnes tant physiques que morales, jouissant de la plénitude de leurs droits civils et politiques. Ce n’est ni une association, ni un parti politique. Sur le fond, aucun texte de loi, aucun règlement, ni aucun traité présent ou à venir n’interdit ou ne saurait interdire, aux citoyens, de s’unir dans un élan patriotique, en vue de conscientiser le peuple. Le simple fait de vouloir interdire un mouvement citoyen est une expression de la dictature. A toute la population, nous leur disons qu'il est hors de question de se soumettre à une autre dictature, au prix de notre vie. Que cela soit bien compris », a-t-il déclaré.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.