Centrafrique: le PAM tire la sonnette d’alarme

Distribution de denrées alimentaires par le PAM à Kaga-Bandoro, le 13 janvier 2017.
© Edouard DROPSY / RFI

C'est un cri d'alarme que lance le Programme alimentaire mondial : d'ici trois semaines, il risque la pénurie en RCA. Depuis plusieurs mois, l'agence des Nations Unies est déjà obligée de réduire drastiquement ses distributions. Reportage à Kaga-Bandoro, dans le nord du pays.

Sous la chaleur écrasante, les déplacés attendent leur tour. Ils vont recevoir leur ration mensuelle de vivres : 133 grammes de riz, huiles et céréales par jour.

Faute de moyens, le Programme alimentaire mondial (PAM) réduit considérablement ses distributions. Nadège, déplacée, est fatiguée : « On ne sait pas comment vivre. Il n'y a rien. On donne seulement le demi-litre avec le riz. »

La situation est tendue lors de la distribution. Cyridion Usengumeremy, le responsable du bureau de Kaga Bandoro, est obligé de se justifier : « On n'a pas de ressource suffisante pour subvenir aux besoins comme ça se faisait avant. Pour le moment, les magasins sont presque vides. »

Un risque « d'émeute »

Bétalide Nono, qui s'occupe de la distribution avec l'ONG Caritas depuis plus de trois ans, n'a jamais vu cela : « On n'a jamais vu une telle situation. Si le PAM n'a pas de financement, on pourra aboutir à une émeute. »

D'ici quelques semaines, si aucun fond n'arrive, le PAM n'aura plus rien à distribuer. Et les déplacés devront vivre avec encore moins que ce qu'ils ont actuellement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.