Republier
Burundi

Burundi: Mkapa poursuit ses efforts en vue d'une sortie de crise

Benjamin Mkapa, le facilitateur dans la crise burundaise (photo d'archives).
© © MWANZO MILLINGA / AFP

Le facilitateur dans la crise burundaise, Benjamin Mkapa, poursuit ses efforts en vue d'un dialogue pour une sortie de crise de ce pays, sans le Cnared. Après son séjour contesté à Bujumbura du 9 au 11 décembre dernier, au cours duquel il avait affirmé la « légitimité » du mandat du président Pierre Nkurunziza et appelé à se focaliser sur les élections de 2020, l'ancien président tanzanien, récusé depuis lors par le Cnared, une plateforme qui regroupe la quasi-totalité de l'opposition burundaise, a organisé lundi à Arusha une nouvelle session du dialogue qui était destinée dans un premier temps aux seuls opposants en exil. Et il avait invité individuellement quelque 24 membres de cette plateforme dans une réunion censée mettre fin à la phase préparatoire des véritables pourparlers de paix.

C'était sans compter sur la détermination du Cnared de boycotter un facilitateur tanzanien qu'il a récusé après ce qu'il a qualifié d'un alignement pur et simple sur les positions de Bujumbura.

Cette plateforme a donc enjoint à ses membres de ne pas faire le déplacement d'Arusha, et il a été largement suivi : seuls six sur la vingtaine d'invités ont décidé de répondre présents lundi dans le nord de la Tanzanie.

Trop peu aux yeux de la facilitation, qui aurait alors décidé d'élargir cette réunion aux opposants de l'intérieur et à des leaders de petits partis proches du pouvoir burundais, qu'il avait pourtant déjà vus à Bujumbura en décembre 2016.

Et signe que cela s'est fait précipitamment, c'est le secrétariat général de l'East african community qui s'est chargé de convier ces invités de dernière minute samedi 14 janvier, contrairement aux opposants de l'extérieur approchés par l'équipe du facilitateur plus d'une semaine plus tôt.

Ce qui ne l'a pas empêché de décider d'aller de l'avant. ll a annoncé comme prévu sa feuille de route pour une sortie de crise au Burundi. Elle passe par l'organisation à la mi-février d'un nouveau round du dialogue inter-burundais toujours à Arusha, mais avec cette fois tous les conflits afin d'aborder pour la première fois les questions de fond.

Il s'agit notamment de la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et d'une organisation consensuelle des élections de 2020. De quoi accentuer encore un peu plus son divorce d'avec le Cnared.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.