Erik Prince, fondateur de la société Blackwater, louerait ses services en Libye

Erik Prince, fondateur de la société Blackwater, en 2007 à Washington.
© Mark Wilson/Getty Images/AFP

L'ex-patron de la sulfureuse société de mercenaires Blackwater, dissoute en 2009, fait reparler lui en Afrique. L'homme d'affaires Erik Prince, établi depuis le début de la décennie aux Emirats arabes unis, sous-traiterait les opérations clandestines en Libye, en soutien au chef de l'armée, le général Khalifa Haftar, à partir des Emirats arabes unis, Abou Dhabi en l'occurrence.

Depuis 2011, les Emirats arabes unis sont partie prenante dans le conflit libyen. Mais ce sont bien des étrangers qui piloteraient des avions de lutte anti-guérilla discrètement déployés sur place en 2015 par Abou Dabi. Des hommes qui travailleraient pour Erik Prince, un ancien des forces spéciales américaines connu pour avoir fondé l'ancienne société militaire privée Blackwater. L'information a été révélée par la lettre d'information Intelligence Online.

Le journaliste indépendant Arnaud Delalande dispose de solides contacts en Libye, qui lui confirment la présence de pilotes sous contrat, probablement des Nord-Américains, sur la base d'al-Khadim, à moins d'une centaine de kilomètres à l'est de Benghazi. « Oui, on peut les appeler des mercenaires, précise-t-il. Ils fournissent un soutien à l'armée nationale libyenne pour ses opérations, sur Benghazi notamment, en soutien au général Haftar. »

Une petite escadrille de six appareils aurait mené plusieurs missions

Les Emirats arabes unis opèreraient donc en Libye par le biais d'une société privée d'Eric Prince, dont on a également parlé cette année concernant le Soudan du Sud. Pour Arnaud Delalande, qui raconte toute l'histoire sur un site internet américain spécialisé dans les questions de défense, War Is Boring, cela n'est pas surprenant, même si l'ancien membre des SEAL dément que des hommes travaillant pour lui participent à des opérations en Libye.

« Eric Prince a des liens très forts avec les Emirats arabes unis depuis qu'il a eu des problèmes aux Etats-Unis avec son ex-entreprise, Blackwater, rappelle-t-il. Il s'est bien installé, il a créé une nouvelle société, qui apparemment sous-traite les opérations clandestines et extérieures des Emirats. »

Après recoupement, ces pilotes étrangers, aux commandes d'une petite escadrille de six appareils, auraient été engagés dans plusieurs missions de guerre au-dessus de la Libye.