Gabon: le nom d'Alfred Mabika cité dans une enquête sur la gestion de la Poste

Un bureau de La Poste gabonaise à Libreville.
© AFP PHOTO/MARTIN VAN DER BELEN

Le Gabon vit à l'heure d'une opération anti-corruption sans précédent. L'ex-ministre du Pétrole Etienne Dieudonné Ngoubou est dans le collimateur de la justice, tout comme l'ancien ministre de l'Economie jusqu'en 2015 et conseiller du président, Magloire Ngambia. Par ailleurs, le nom d'Alfred Mabika Mouyama est cité dans une enquête sur la gestion de la Poste. L’ex-directeur général de l'entreprise et ancien ministre est soupçonné de malversations. 12 cadres ou anciens cadres du groupe, ont déjà été mis en examen pour détournement de deniers publics et abus de confiance.

La Poste gabonaise est aujourd'hui en grande difficulté financière : environ 100 milliards de francs CFA de dettes. Des épargnants se présentent au guichet, mais ne peuvent plus accéder à leur argent. Il n'est plus dans les caisses. Certains comptes courants sont également gelés.

« Il y a eu de la mauvaise gestion, mais aussi des malversations financières », explique une source interne qui donne quelques exemples : « une partie des crédits octroyés n'ont jamais été remboursés... des lignes ont été effacées en machine ». Plusieurs audits ont été réalisés.

12 cadres ou anciens cadres de la Poste ont déjà été mis en examen. Parmi eux, 5 sont écroués depuis la semaine dernière.

Mais aujourd'hui, la question de la responsabilité d'Alfred Mabika est posée, lui qui a dirigé La Poste entre 2007 et 2015, avant d'être limogé. « Son nom apparaît dans l'enquête. Des collaborateurs le citent comme auteur de malversations », affirme une source judiciaire.

Le dossier est désormais entre les mains du juge d'instruction qui devrait chercher à convoquer Alfred Mabika. L'ancien DG et ex-ministre serait en Europe, peut-être en France. « S'il ne répond pas à la demande d'audition, un mandat d'arrêt international pourrait être émis », précise un bon connaisseur du dossier. De son côté, Alfred Mabika a toujours nié avoir commis la moindre faute de gestion.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.