Gambie: Barrow investi, les troupes ouest-africaines franchissent la frontière

Le président élu Adama Barrow a prêté serment à l'ambassade de Gambie à Dakar, le 19 janvier 2017.
© SENEGALESE PRESIDENCY / AFP

Quelques heures après leur entrée en territoire gambien ce jeudi 19 janvier, les troupes de la Cédéao ont suspendu leur intervention militaire pour une dernière tentative de médiation. En fin d'après-midi, le nouveau président Adama Barrow a prêté serment lors d’une cérémonie officielle à l’ambassade de Gambie au Sénégal.

Article mis à jour en fonction des derniers événéments,

Positionnées depuis mercredi le long de la frontière, les troupes ouest-africaines ont pénétré ce jeudi après-midi en territoire gambien. « Il y a un contingent du Nigeria avec des moyens terrestres, navals et aériens, un contingent sénégalais, un contingent ghanéen, un contingent togolais, malien, et des personnels de l’état-major de la force en attente de la Cédéao », a détaillé à RFI le porte-parole de l'armée sénégalaise, le colonel Abdoul Ndiaye.

« On a eu un mandat de la Cédéao, ensuite il y a eu la résolution des Nations unies et puis il y a eu l’investiture du président Adama Barrow, ce qui légitime l’action », a-t-il poursuivi. Le Conseil de sécurité des Nations unies a en effet ce jeudi exprimé à l'unanimité son soutien aux initiatives menées par la Cédéao pour pousser le président sortant Yahya Jammeh, dont le mandat s'est terminé officiellement hier à minuit, à quitter le pouvoir.

→ (RE)ECOUTER : Troupes ouest-africaines en Gambie: «inéluctable» pour Babacar Justin Ndiaye

L'objectif de l'opération militaire est de restaurer la démocratie et la légalité constitutionnelle en Gambie, a indiqué le colonel Abdoul Ndiaye. « On doit créer les conditions qui peuvent permettre au président élu démocratiquement par la Gambie de pouvoir exercer son pouvoir librement. » Néanmoins, quelques heures après le début de cette opération, l'intervention militaire a été suspendue. La Cédéao a déclaré qu'une dernière tentative de médiation allait être menée ce vendredi par le président guinée Alpha Condé.

Adama Barrow investi président

Tandis que les forces militaires passaient à l'action, le président élu Adama Barrow a prêté serment vers 17h, heure locale, à l'ambassade de Gambie au Sénégal devant le président de l’Ordre des avocats gambien, en présence de nombreux responsables d’organisations internationales et régionales.

« Moi, Adama Barrow, jure solennellement que je vais exécuter de manière fidèle la fonction de président de la République de Gambie, je m’engage à la préserver et défendre la Constitution de manière égale envers le peuple, selon la loi, sans peur, sans favoritisme, avec justesse et sans mauvaise volonté. Que Dieu me vienne en aide. »

A son arrivée à l'ambassade, Adama Barrow a été accueilli par une scène de liesse. Il n'a fait qu'un seul geste, celui du V de la victoire, le symbole de sa campagne électorale. Tout juste investi, il a prononcé sa première allocution. « C'est un jour qu'aucun Gambien n'oubliera jamais », a-t-il déclaré. Le nouveau président a appelé à l'union, au rassemblement et au travail, en promettant de gouverner en pensant à tous les Gambiens et pas seulement ceux qui ont voté pour lui.

« C'est la victoire de la nation gambienne. Notre drapeau national flottera haut parmi ceux des nations les plus démocratiques du monde »

Adama Barrow a également remercié les pays et les institutions qui se sont investis dans la résolution de la crise en Gambie et ordonné au chef de l'état-major et aux officiers supérieurs gambiens de lui montrer leur loyauté en tant que commandant en chef. Mais jamais le nom de Yahya Jammeh n'a été mentionné.

A Karang, une ville à la frontière avec la Gambie où ils se sont installés provisoirement, les réfugiés gambiens avaient tous trouvé un moyen d'assister à la prestation de serment d'Adama Barrow. Pour ces Gambiens qui ont fui leur pays, l'événément était historique. Beaucoup ont confié à RFI qu'ils n'avaient pas l'impression que leur pays faisait partie du monde lorsqu'il était dirigé par Yahya Jammeh, mais qu'aujourd'hui, ils avaient le sentiment d'exister pour le reste de la planète.

Scènes de liesse à Banjul

A Banjul aussi, des groupes de Gambiens ont laissé éclater leur joie dans les rues jusque-là désertées par crainte de troubles, ont constaté des journalistes de l'AFP. Criant, klaxonnant, arborant des tee-shirts affichant « Gambia has decided » (« la Gambie a décidé »), ils exultaient, sans intervention de militaires déployés dans la ville. « J’ai vu des centaines de personnes faire la fête après la prestation de serment d’Adama Barrow. Beaucoup de gens sont sortis pour manifester leur joie immédiatement après l’annonce », témoigne Lamine Jahateg, journaliste gambien.

Il raconte même que des militaires se sont joints aux célébrations. « Les gens sont sortis en dépit de l’état d’urgence et les soldats se sont mis du côté de la foule ! Ils ne sont pas intervenus. Certains ont même montré ouvertement leur soutien ! J’en ai vu qui étaient dans leurs véhicules militaires et qui klaxonnaient pour montrer leur joie. Ils passaient devant les gens et les saluaient de la main en leur adressant de grands sourires. »

Malgré cela, Lamine Jahateg veut rester prudent, vue la situation. « Je n’ai vu aucune scène de violence. L’ambiance est plutôt bon enfant mais bien sûr je ne peux pas être totalement optimiste. Parce qu’on sait jamais ce qui peut arriver… La Cédéao va peut-être rencontrer de la résistance sur le terrain. Et si ça arrive il pourrait y avoir des coups de feu voir des victimes parmi les civils, c’est pour ça que nous sommes inquiets. »

Des groupes de manifestants ont laissé éclater leur joie à Banjul après l'investiture d'Adama Barrow. © AFP

Ce jeudi soir, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé le nouveau président gambien pour lui exprimer son « soutien total ». Il a également dit soutenir « la décision historique de la Cédéao, avec le soutien unanime du Conseil de sécurité, de rétablir l'Etat de droit en Gambie afin d'honorer et de respecter la volonté du peuple gambien. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.