La Gambie retient son souffle

Soldat au repos devant la Cour suprême le 5 décembre 2016 à Banjul.
© REUTERS/ Thierry Gouegnon

La négociation de la dernière chance - celle du président mauritanien - a visiblement échoué. Yahya Jammeh campe sur ses positions et refuse toujours de quitter le pouvoir alors que son mandat s’est terminé à minuit. Une situation qui empêche l’investiture à Banjul du nouveau président Adama Barrow. Elle pourrait se tenir à Dakar alors que les troupes de la Cédéao sont prêtes à intervenir sur le sol gambien.

23h55 à l’aéroport de Dakar, cinq minutes avant la fin du mandat de Yahya Jammeh, l’avion de la présidence mauritanienne se pose sur le tarmac. Mohamed Ould Abdel Aziz, arrive tout juste de Banjul où il tentait de négocier le départ de Jammeh.

Le chef de l’Etat mauritanien est accueilli par le président Macky Sall. Les deux hommes s’entretiennent au salon d’honneur. Quinze minutes plus tard, le tout nouveau président gambien, qui vient de tweeter « une nouvelle ère débute en Gambie », les rejoint.

Les trois hommes discutent près d’1h30. Aucune déclaration n’est faite à la sortie. Pourquoi cette étape à Dakar ? Mohamed Ould Abdel Aziz a-t-il débriefé sa négociation avec Yahya Jammeh, est-il venu avec de nouvelles propositions ? Impossible de le dire pour le moment car rien n’a fuité.

Sur le front militaire, des troupes de la Cédéao, des soldats sénégalais et nigérians, sont positionnés le long de la frontière, « prêts à intervenir » a expliqué mercredi en fin d’après-midi le porte-parole de l’armée du Sénégal. Mais aucun mouvement de troupes n’a été observé cette nuit.

La question du mandat, sésame obligatoire pour lancer une opération militaire, se pose. Vue la situation, Yahya Jammeh campe sur ses positions. C’est le blocage, le statu quo à Banjul.

L’investiture d’Adama Barrow prévue ce jeudi ne pourra visiblement pas se tenir dans la capitale gambienne. Selon différentes sources, notamment la télévision nationale, cette cérémonie pourrait se tenir cette après-midi dans la capitale sénégalaise. Mais rien n’est confirmé.

A (re)lire Gambie: la Mauritanie en médiateur, ultimatum de l'armée sénégalaise

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.