Republier
Afrique du Sud

Afrique du Sud: bras de fer entre le ministre des Finances et la famille Gupta

Le ministre des Finances sud-africain Pravin Gordhan le 14 mars 2016 à Johannesburg.
© REUTERS/Siphiwe Sibeko

La famille Gupta a déposé un recours en justice vendredi, contre le ministre des Finances dont elle se dit victime. Proche du président Jacob Zuma, la famille Gupta, dont l'empire s'étend dans les mines, les médias ou encore l'informatique, est soupçonnée d'influencer les décisions du chef de l'Etat.

L'affaire a commencé en avril dernier. Quatre des plus grosses banques du pays décident de fermer les comptes bancaires de la famille Gupta, et notamment d'Oakbay, une de leurs sociétés d'investissement.

Il leur est reproché de se s'ingérer dans les affaires publiques et notamment d'influencer le chef de l'Etat pour faciliter leurs affaires.

Les Gupta s'insurgent et se tournent discrètement vers le gouvernement, essayant de convaincre le ministre des Finances d'intervenir en leur faveur auprès des banques.

Mais le ministre Pravin Gordhan se tourne à son tour vers la justice pour éviter d'avoir à intercéder. Et dévoile que, selon ses services, plus de 70 transactions bancaires liées aux Gupta sont douteuses.

Ces derniers disent être victimes d'une campagne de diffamation. Et ont demandé à la Haute cour de Pretoria de rejeter la requête du ministre des Finances, ajoutant que les transactions citées par le ministre sont irréprochables.

Nombreux analystes estiment que derrière cette affaire, il y a un bras de fer entre Pravin Gordhan et le chef l'Etat - proche des Gupta - à qui il s'est souvent opposé sur la gestion des entreprises publiques.

A (re)lire:
Le clan Gupta et le pouvoir en Afrique du Sud: décryptage avec Victor Magnani
«Zuptagate»: liaisons dangereuses entre pouvoir et affairistes à Pretoria

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.