Republier
Tunisie

Tunisie: premier congrès de la puissante centrale syndicale UGTT depuis Ben Ali

Le siège de l'UGTT, l'Union générale tunisienne du travail, à Tunis.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

En Tunisie, l'Union générale du travail (UGTT), tient son premier congrès depuis 2011, année de la chute du dictateur Ben Ali, ce dimanche 22 janvier. Six ans après la révolution, la puissante centrale syndicale ultramajoritaire doit élire un nouveau président et tirer le bilan des années passées. Deux listes sont annoncées : l'une soutenue par l'équipe sortante, donnée favorite, et l'autre considérée comme dissidente. Mais les débats pourraient buter sur l'attitude du syndicat vis-à-vis du pouvoir.

Ces dernières années, certains membres de l'UGTT se sont affrontés sur la question des revendications : fallait-il faire grève ou bien négocier avec les autorités ? Lors d'une série de mouvements sociaux il y a un peu moins de deux ans, certaines sections avaient alors choisi le rapport de force. Elles l'avaient finalement emporté mais les débats avaient été houleux en interne. Et ce clivage pourrait bien ressurgir lors du congrès qui s'ouvre ce dimanche 22 janvier.

Ces tensions internes s'expliquent par la nature et l'histoire du syndicat : l'UGTT est constitué d'une mosaïque de tendances politiques, soit autant de sources de divergences, sans compter les rivalités professionnelles et régionales. Et depuis sa création il y a 70 ans, la centrale syndicale a oscillé entre une très grande proximité avec la politique, voire une participation au pouvoir, et au contraire des phases de mise à l'écart.

Depuis la chute de Ben Ali en 2011, le syndicat a choisi la séparation avec le pouvoir politique. Mais face à la situation difficile du pays, il a décidé l'an dernier de soutenir la feuille de route du gouvernement. Deux anciens membres du syndicat font d'ailleurs partie de l'équipe investie fin août.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.