Republier
Mali Terrorisme

Mali: recrudescence des actes de violence au nord et au centre du pays

Soldats français de l'opération Barkhane avec des ex-rebelles de la CMA (Coordination des mouvements de l'Azawad), dans les rues de Kidal, dans le nord du Mali, le 25 octobre 2016.
© STRINGER / AFP

On constate une recrudescence des actes de violences au nord et au centre du Mali contre l'armée malienne et les groupes armés qui sont dans le processus de paix. Au moins 103 membres de groupes armés et des militaires de l’armée régulière ont été tués entre le mercredi 18 janvier et ce week-end du 21 et 22 janvier, dans le nord et le centre du Mali.

A l’attaque du camp de regroupement des groupes armés signataires de l’accord de paix à Gao, qui a fait 77 morts, il faut ajouter plusieurs autres attaques. Ce week-end, par exemple un groupe armé malien pro-gouvernemental a affirmé avoir perdu 14 combattants dans la région de Kidal, avant d’accusé les ex-rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) d’être les auteurs du forfait.

Des militaires sautent sur une mine

Ce même week-end, un peu avant, les violences se sont propagées dans le centre du Mali. Dans la localité de Diabali par exemple, des militaires de l’armée régulière ont sauté sur une mine. Même constat ce dimanche où trois militaires maliens ont été tués lors de l’explosion d’une autre mine alors que leur véhicule empruntait un chemin.

Revoir le dispositif sécuritaire

Avec la recrudescence de ces actes de violence, les voix s’élèvent pour demander au gouvernement malien et à ses partenaires de la Mission de l’ONU, la Minusma, et de l’opération française Barkhane de revoir leur dispositif sécuritaire sur le terrain. Objectif : mieux prendre en compte la stratégie des jihadistes, et la guerre asymétrique qu’ils mènent contre les forces alliées, une guerre asymétrique qui fait de nombreuses victimes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.