Republier
RDC

En RDC, malgré l’accord, les divergences perdurent

Le Palais du peuple, le Parlement congolais.
© RFI/Habibou Bangré

Plus de vingt jours après la signature de l’accord du réveillon en RDC, la Conférence épiscopale fait le point sur les avancées dans les négociations notamment concernant l’arrangement particulier. C’est ce document essentiel qui reste à négocier sur le partage effectif du pouvoir, la composition du nouveau gouvernement d’union nationale, la mise en place du Conseil national de suivi, mais aussi le chronogramme précisant les dates d’application de l’accord. A plus ou moins onze mois des élections, les évêques en appellent au sens de la responsabilité des acteurs, mais aussi à la communauté internationale.

Chaque jour de retard est un manque à gagner pour la réalisation de cet objectif, à savoir l’organisation des élections dans l’année, souligne l’abbé Nsholé. Pour ce qui est du Conseil national de suivi, toujours les mêmes divergences : la majorité et le Front pour le respect de la Constitution, mené par le MLC de Jean-Pierre Bemba, se battent pour la première vice-présidence, la présidence étant attribuée à l’opposant historique Etienne Tshisekedi. Toujours pas de compromis sur la répartition des sièges au sein de cette nouvelle institution censée faire respecter l’accord.

Pour la composition du nouveau gouvernement, toujours pas d’accord sur la désignation du Premier ministre. Le rassemblement veut proposer un seul nom. La majorité veut que le président Kabila ait le choix parmi au moins cinq candidats. Pas de compromis non plus sur la répartition des postes ministériels

Concernant les mesures de décrispation, la Cenco parle de la réouverture de deux médias sur la quinzaine dont RFI qui aurait déjà dû être rouvert et de la libération de quelques prisonniers politiques, sur les quelques 325 dont le sort doit être réglé. Quelques avancées dans l’adoption du chronogramme. Malgré toutes ces difficultés, l’adoption de l’arrangement particulier est prévue pour au plus tard le 28 janvier, d’ici la fin de la semaine, l’installation du comité de suivi au plus tard le 15 février et la publication d’un calendrier global des élections au plus tard au 15 avril.

Joint par RFI, le vice-président de la conférence épiscopale, l’archevêque Fridolin Ambongo, estime que les acteurs politiques sont en train de perdre de vue l’objectif de ces négociations, à savoir l’organisation des élections d’ici à la fin de l’année. Ils usent la patience du peuple et visiblement aussi celle des Evêques.

Le peuple attend et la patience du peuple a des limites. Nous avons l’impression parfois que les acteurs politiques sont complètement insensibles à ce que veut le peuple.

Mgr Fridolin Ambongo
23-01-2017 - Par Sonia Rolley

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.