Gambie: quels défis économiques attendent Adama Barrow?

En Gambie, le nouveau président Adama Barrow est arrivé à Banjul le 26 janvier 2017.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Après sa prestation de serment à l’ambassade de Gambie à Dakar au Sénégal, Adama Barrow est rentré à Banjul jeudi 26 janvier. Alors que le nouveau président a promis de rétablir l’état de droit, de nombreux défis socio-économiques l’attendent.

Rééquilibrer la balance commerciale déficitaire, amorcer la reprise du tourisme en crise depuis deux ans suite à l’épidémie de fièvre Ebola, réduire le niveau d’endettement du pays supérieur à 100%… Ce sont les défis à relever pour Adama Barrow.

Mais avant de s’atteler à construire les bases d’une économie solide, le nouveau président devra d’abord rétablir un climat politico-social apaisé dans un pays qui vient de connaître deux décennies de pouvoir autocratique.

L’établissement d’un Etat de droit lui sera d’ailleurs nécessaire pour attirer les investisseurs et les donateurs, puisque la Gambie compte chaque année sur les aides bilatérales et multilatérales pour boucler son budget.

Quelles sont les ressources à disposition ?

Si la Gambie renferme en effet peu de minerais, le pays vit principalement de l’agriculture. L’arachide occupe 50% des terres cultivées, puis viennent le sésame et des cultures vivrières comme le riz, le mil, le sorgho, le maïs, le manioc et quelques fruits et légumes. Cette agriculture traditionnelle et de subsistance représente 23% du PIB.

Les Gambiens vivent également de l’élevage, de la pêche et du tourisme. Mais après des années d’un pouvoir déroutant, l’élection d’Adama Barrow pourrait être accompagnée d’un regain d’activité.

Selon les Nations unies, 60% des Gambiens vivent dans une « pauvreté multiforme ». Sur les deux millions d’habitants, environ 400 000 vivent avec moins d'un euro (soit 656 francs CFA) par jour.

A (RE)LIRE : Le président Adama Barrow est rentré en Gambie
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.