Republier
Ouganda FMI

Le FMI et Kampala affichent leurs bonnes relations

En visite pour trois jours en Ouganda, Christine Lagarde a tenu une conférence de presse en compagnie du président Yowéri Museveni à la State House, le 27 janvier 2017.
© Gaël Grilhot/RFI

Christine Lagarde était en visite en Ouganda (25-28 janvier). Après avoir voyagé en Centrafrique pays où l'économie est à reconstruire, la directrice du FMI s'est rendue en Ouganda, pays qui a traversé ces mêmes épreuves il y a une trentaine d'années et qui fait aujourd'hui figure de l'un des pays modèle de l'institution. Christine Lagarde et le président ougandais Yoweri Museveni ont donné vendredi 27 janvier une conférence de presse commune, affichant leurs bonnes relations.

C'est tout sourires que Christine Lagarde et Yoweri Museveni sont apparus à la State House. L'Ouganda a toujours été le bon élève du FMI. Le président ougandais a salué ce partenariat : « Nous avons une collaboration merveilleuse avec le FMI depuis 1987. Le FMI a contribué de manière utile à notre redressement. Donc, lorsque Madame Lagarde vient ici, elle est au milieu d'amis et de plus en plus nous voyons les choses de la même manière ».

De bonnes relations certes, mais la directrice du FMI est venue en Ouganda pour parler de certaines difficultés rencontrées par le pays. Le pari risqué sur les revenus futurs du pétrole, mais aussi le financement et le développement des infrastructures. « Nous avons discuté du développement des infrastructures. Et c'est essentiel. C'est l'un des principaux points suivants qui doivent être abordés et résolus avec une mise en oeuvre solide, avec responsabilité et avec efficacité. Nous croyons également que les besoins sociaux du pays doivent être considérés en priorité », a précisé Christine Lagarde.

Yoweri Museveni souhaite voir l'Ouganda rentrer dans les pays à revenus intermédiaires. Pour la directrice du FMI, des efforts sont encore à faire notamment sur le développement d'un environnement commercial stable.

Notons que l'Ouganda fait face à des difficultés financières : des taux d'emprunts élevés et la Banque Mondiale suspend l'accord de nouveaux prêts. De plus, dans son dernier rapport, Transparency International a rétrogradé cette l'Ouganda de la 139 à la 151 place.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.