Republier
RDC

RDC: la majorité veut mettre fin à la médiation de la Cenco une fois l’accord conclu

Le président de la Cenco, Archbishop Marcel Utembi, et le secrétaire général de la Cenco, Donatien Nsholé, le 30 décembre 2016 à Kinshasa en République démocratique du Congo.
© AFP/JUNIOR D.KANNAH

En République démocratique du Congo (RDC), les négociations entre le pouvoir et l'opposition sous l'égide des évêques de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) devront prendre fin ce samedi soir, à Kinshasa, après s’être poursuivies jusqu'à l'aube ce samedi matin. Toute la nuit, les parties prenantes ont discuté du partage des pouvoirs durant la transition et, peu après sept heures, la plénière a été suspendue. Mais un nouveau blocage est apparu sur le rôle de la Cenco pendant la transition. La majorité présidentielle ne veut pas qu’elle joue un rôle pendant cette période. Les évêques ont demandé à rencontrer le président Kabila.

Les évêques membres de la Cenco, accompagnés de leur porte-parole, l’abbé Donatien Nshole, ont été les premiers à sortir de la salle, suivis des délégués des différentes composantes. Mais, contrairement aux habitudes, les uns et les autres étaient curieusement peu bavards sur le déroulement des discussions qui ont duré toute la nuit. Pas un seul mot en direction des nombreux journalistes qui ont veillé sur place.

En aparté, un délégué confie que « la majorité présidentielle ne veut pas que la Cenco joue un rôle quelconque au sein du Comité national de suivi des accords ». Autrement dit, le rôle des évêques devra s’arrêter après la mise en application de l’Accord du 31 décembre 2016. « C’est le plus grand blocage actuellement », explique cette même source.

L’Eglise catholique entend pourtant continuer avec la médiation jusqu’à la fin de la transition, entendez jusqu’aux élections.

A l’exception de la majorité présidentielle, ce statut de la Cenco est accepté par toutes les parties qui prennent part aux présentes négociations. Les évêques ont décidé d’aller en parler, ce samedi même, avec le président Kabila, autorité morale de la majorité, avant la reprise des travaux et la signature de l’arrangement particulier prévus pour ce samedi soir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.