Tunisie: un rapport pour comprendre la naissance et l'essor du jihadisme

Le chef jihadiste Abou Ayad, en mai 2012 à Kairouan, en Tunisie.
© AFP PHOTO / FETHI BELAID

C'est la première grande étude sur les jihadistes tunisiens, leur profil et leurs modes de recrutement. Un travail établi par le Centre tunisien de recherches et d’études sur le terrorisme avec, pour unique source, les dossiers de justices d'un échantillon de 1000 individus jugés pour terrorisme entre 2011 et fin 2015. Ces données documentées permettent de comprendre comment au lendemain de la chute du régime de Ben Ali, la Tunisie est devenue le principal pourvoyeur de jihadistes étrangers vers la Libye, la Syrie et l'Irak.

L'étude montre le rôle central de l'organisation Ansar al-Charia aujourd'hui interdite, dans le recrutement jihadiste en Tunisie. Fondée en 2011 par des vétérans d'Afghanistan libérés des prisons de Ben Ali, cette vitrine tunisienne d'al-Qaïda fait du jihadisme un vrai mouvement social en quelques mois, à coup d'opérations de charité et de prédication de rues.

La plupart des accusés étudiés par le Centre tunisien de recherches et d’études sur le terrorisme ont prêté allégeance à son émir Abou Ayad qui lui-même répond aux ordres du chef d'Aqmi, l'Algérien Abdelmalek Droukdel. Toutes les régions tunisiennes sont touchées : Tunis en tête, d'où viennent 18% des terroristes, et Sidi Bouzid, berceau de la révolution, 14%.

Dès 2011, les jihadistes investissent les réseaux sociaux mais surtout s'approprient des centaines de mosquées qui servent de lieu d'endoctrinement et de départ vers les terres de jihad : Libye, Syrie, Irak mais aussi Mali à une échelle industrielle. Près de 5500 Tunisiens sont partis selon l'ONU.

En Libye, deux camps d'entraînement sont fondés par des Tunisiens à Derna et à Sabratha. C'est là que sont formés les terroristes de Sousse et du musée du Bardo en 2015. Le groupe se dote d'une branche militaire, d'une brigade armée en Tunisie et assassine deux opposants politiques en 2013. Des jihadistes souvent très jeunes, 75% ont moins de 35 ans et 68% sont célibataires. Seuls 3% étaient chômeurs mais 45% ouvriers, tous embrigadés par une mécanique parfaitement organisée pour profiter au mieux des printemps arabes.

Tunisie: le recrutement des jihadistes à la loupe

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.