Crise post-électorale: l'UE adopte une résolution contre le Gabon

Une session au Parlement européen de Strasbourg, le 8 mars 2016.
© FREDERICK FLORIN / AFP

Le Parlement européen a adopté ce jeudi 2 février une résolution concernant le Gabon et la crise post-électorale qui a suivi la présidentielle d'août dernier. Un scrutin dont les résultats sont contestés. Le principal candidat de l'opposition, Jean Ping, estime toujours avoir remporté le vote. Les députés ont décidé d'adopter un ton ferme vis-à-vis de Libreville. Ils condamnent vivement les violences, violations des droits de l’homme, arrestations arbitraires, détentions illégales et intimidations politiques. Les parlementaires s'en prennent également au processus électoral et ne veulent pas en rester là.

Sept groupes parlementaires, soit l'immense majorité des députés européens, s'étaient mis d'accord sur le contenu de la résolution. Autant dire que le vote était sans suspense en faveur de ce texte qui n'est pas tendre avec le processus électoral gabonais.

Les députés jugent que les résultats de la présidentielle « manquent de transparence » et sont « extrêmement douteux ». Selon eux, la légitimité du président Bongo est même remise en cause. En ce sens, les élus vont plus loin que la mission d'observation électorale européenne, dont le rapport date de décembre.

Au final, le Parlement demande au Conseil européen, et donc aux ministres, de se saisir du dossier et d'enclencher l'accord de Cotonou. Ce document prévoit des consultations entre Bruxelles et Libreville en cas d'atteinte aux droits de l'homme et à la démocratie.

Pour les députés, si ces négociations échouent, Bruxelles devra prendre des sanctions contre « les responsables des violences, abus des droits de l'homme et sabotage du processus démocratique ».

Cette résolution a une portée limitée, car elle n'est pas contraignante. « Le texte arrête la position des députés. Mais c'est le Conseil qui décide s'il donne suite », explique une source à Bruxelles. Toutefois des sanctions ne sont pas impossibles. L'accord avait été déclenché fin 2015 pour le Burundi. Quatre mois plus tard, Bruxelles prenait des mesures de rétorsion contre Bujumbura.


■ « Une résolution du Parlement européen n’a aucun impact juridique au Gabon »

Première réaction des autorités du Gabon après le vote de cette résolution. Pour Francis Nkéa, le ministre gabonais des Relations avec les institutions constitutionnelles cette résolution européenne ne peut pas remettre en cause l'élection du président Bongo et la décision des juges gabonais. C’est lui, avocat de profession, qui avait défendu la victoire d'Ali Bongo devant la Cour constitutionnelle : « Ce n’est pas du droit, c’est de la communication. Rien n’est au-dessus de la justice. Mieux, une résolution du Parlement européen n’a aucun impact juridique au Gabon. C’est comme si le Parlement panafricain faisait une résolution contre un pays européen. Ca aura quel impact ? Nous ne craignons pas la menace de sanctions ».