En Afrique du Sud, Michel Sapin fait valoir les atouts de la France

Le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin était en Afrique du Sud pour promouvoir les entreprises françaises
© ERIC PIERMONT / AFP

Le ministre français des Finances, Michel Sapin, a terminé, ce vendredi 3 février, son déplacement en Afrique du Sud. Une visite de deux jours pour renforcer les relations entre les deux pays. La France est le 12e partenaire commercial de l'Afrique du Sud. A l'occasion de ce déplacement, Michel Sapin a visité plusieurs entreprises françaises installées autour de Johannesburg et a rencontré son homologue sud-africain.

EDF, Areva, Alstom, Total, Air Liquide ou Danone, plus de 360 entreprises françaises sont présentes sur le territoire sud-africain. Une présence qui se renforce d'année en année avec l'arrivée de petites et moyennes entreprises.

Et pourtant, le potentiel du marché sud-africain est encore sous-exploité.
Les investissements externes de la France en Afrique du Sud sont inférieurs à ceux de l'Allemagne ou du Royaume-Uni.

Pour le ministre des Finances Michel Sapin, l'Afrique du Sud est une priorité
« Nous voulons pouvoir développer d’égal à égal avec ce grand pays des relations qui soient des relations confiantes, plus approfondies que par le passé. Il y a d’abord des domaines habituels – le transport, l’énergie – mais il y a aussi une volonté de développement des grandes villes - et donc tout ce qui touche autour de l’aménagement urbain, nous avons des entreprises extrêmement innovantes. »

La visite du ministre intervient alors que les projets nucléaires du pays sont à nouveau sur la table. Pretoria compte acquérir jusqu'à huit réacteurs nucléaires d'ici 2030. Un gigantesque contrat évalué à 40 milliards d'euros et pour lequel la France a toutes ses chances, estime Michel Sapin.

« Il y a des domaines où notre qualité est reconnue. Prenons la question énergétique, et pas seulement nucléaire. Nous avons de très grandes entreprises dans ce domaine qui sont à la fois portées par l’expérience, qui sont capables de décrire ce qu’elles ont fait ailleurs, mais qui sont aussi extrêmement innovantes et qui sont à la recherche d’un pays comme l’Afrique du Sud qui a cette envie de modifier son mixe énergétique. »

La France, qui sur le nucléaire, va devoir faire face à une rude concurrence de la Chine et surtout la Russie.

→ A (re) écouter : Afrique du Sud: les Français dans la course pour le nucléaire (Afrique Economie)

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.