RDC: affrontements meurtriers dans le Kongo Central

Le fleuve Congo, vu depuis Matadi (photo d'illustration).
© Wikimédia/V.Berger

Douze morts parmi lesquels dix membres de Bundu-dia-Kongo (BDK), c'est le bilan de nouveaux affrontements dans la province du Kongo Central entre les adeptes du mouvement mystico-religieux Bundu-dia-Kongo et les forces de l'ordre. Ces incidents ont d'abord éclaté à la morgue de Kimpese avant de se répandre dans toute la cité.

Vendredi matin 3 février, un groupe des adeptes de BDK est arrivé à la morgue pour réclamer le corps d'un membre de la secte qui avait été tué la veille dans d'autres affrontements avec les forces de l'ordre. Face à l'intransigeance des policiers trouvés sur place, les membres de BDK n'ont pas hésité de recourir aux armes en leur possession : des flèches et des fusils, racontent des témoins joints au téléphone par RFI.

C'est alors que tout aurait dégénéré. Et l'armée, selon ces mêmes témoins, est venue à la rescousse de la police. Ces affrontements ont duré toute la journée. Mais, devant la pression de la police et de l'armée mieux équipées, les adeptes de Bundu-dia-Kongo ont lâché prise et se sont évanouis dans la nature.

Toute la journée, la situation était paralysée dans la cité de Kimpese. La circulation sur l'unique route qui mène de Kinshasa à Matadi a été également affectée. Depuis quelques jours, des affrontements sont signalés en différents endroits du Kongo Central entre adeptes de BDK et forces de l'ordre. Selon des sources sur place, le mouvement dirigé par Muanda Ne Nsemi exige le départ de tous ceux qui ne sont pas originaires de cette province.