[Portrait] João Lourenço, candidat du MPLA aux législatives en Angola

Joa Lourenco et José Eduardo dos Santos le 3 février 2017.
© ©Ampe ROGERIO / AFP

Depuis vendredi 3 février c'est officiel, le président angolais Edouardo Dos Santos cédera le pouvoir après les élections générales de l'été prochain. C'est son ministre de la Défense, João Lourenço, qui a été choisi pour mener les listes de parti au pouvoir le MPLA pour ce scrutin, un parti dont il est également le vice-président. Cet ancien général, né en 1954 à Lobito dans l'ouest du pays, faisait déjà partie depuis de longues années du premier cercle du pouvoir.

« Cela fait longtemps que je me prépare à cette fonction et que l'on m'y prépare. Ce qui est arrivé aujourd'hui n'est que la confirmation de quelque chose qui en interne et au niveau de la direction du parti était déjà acquis. Je suis donc tout à fait prêt à accepter ce défi que le camarade président et que le parti ont bien voulu me demander de révéler. Je ferai tout pour honorer la confiance ainsi placée en moi. Ma priorité sera désormais de travailler pour gagner ces élections. En toute modestie, je ne pense pas être un inconnu aux yeux des Angolais. Je suis un cadre du parti depuis des années. J'ai occupé différentes fonctions, j'ai même été à un moment secrétaire général du parti. A ce titre j'ai sillonné l'Angola pays. Je crois donc que mon nom est connu et que 7 mois me suffiront pour l'emporter. » Tels sont les mots du ministre de la Défense, Joao Lourenco, après avoir été choisi pour mener la liste du parti au pouvoir le MPLA pour ce scrutin, et donc diriger le pays en cas de victoire comme le prévoit la Constitution angolaise.

Un fidèle du président

João Lourenço est un fidèle du président angolais. Tous deux ont étudié dans l'ex-URSS, baignés aux idéaux du marxisme-léninisme avant de travailler ensemble pendant de nombreuses années.

João Lourenço s'engage dans la lutte politique en 1974. Il fait partie des combattants de la première heure qui mèneront leur pays l'indépendance. Dix ans plus tard il obtient un poste de gouverneur. C'est le début de son ascension au sein du parti au pouvoir.

Il est successivement chef de section politique de l'ancienne branche armée du parti puis président de groupe au sein du Parlement et vice-président de l'Assemblée nationale.

Il passe pour un homme loyal, pourtant dans les années 1990 lorsque José Edouardo Dos Santos laisse une première fois entendre qu'il pourrait décider de passer la main. João Lourenço dévoile alors ses ambitions. Son appétit lui vaut alors d'être alors d'écarté quelques années du premier cercle du pouvoir.

Cela ne l'empêche pas en 2014 de revenir en pleine lumière en décrochant le ministère de la Défense, ni même l'été dernier d'entrer dans le cercle restreint des possibles dauphins en prenant la vice-présidence du parti au pouvoir.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.