[Reportage] RDC: à Bruxelles, dernier hommage à Etienne Tshisekedi

Des milliers de Congolais de la diaspora sont venus rendre hommage à l'opposant congolais Etienne Tshisekedi, le 5 février 2017.
© REUTERS/Francois Lenoir

A l'issue de trois journées de veillées funéraires, le cercueil d’Etienne Tshisekedi a été exposé dimanche à Bruxelles. Des milliers de membres de la diaspora congolaise sont venus rendre un dernier hommage à l'opposant historique décédé quatre jours plus tôt dans la capitale belge.

Avec notre bureau à Bruxelles,

Ils sont des milliers venus de France, de Belgique, d’Allemagne, du Royaume-Uni et de plus loin encore pour rendre hommage, au palais des expositions, au vétéran de l'opposition congolaise Etienne Tshisekedi.

Certains sont là depuis des heures comme Charlotte. Elle porte un t-shirt avec la photo de « l’homme à la casquette ». « Je suis vraiment triste. C’est pourquoi je suis venue ici pendant les trois jours » de veillée, dit-elle au micro de RFI.

La salle est pleine à craquer. Du coup, les moins chanceux attendent encore dehors dans une ambiance quelque peu tendue. Dans la salle, le cercueil entrouvert d’Etienne Tshisekedi est disposé sur une estrade.

Andrea a les yeux humides. Elle dépose une gerbe de fleurs devant la dépouille. « On ne dit pas Papa Tshisekedi Adieu pour ne plus se revoir, mais on lui dit qu’on le remet à Dieu ».

La foule entonne l’hymne du parti. « Nous allons perpétrer l’héritage de ton combat », scande le présentateur sous les applaudissements de la foule.

A l'extérieur, c'est la cohue. Tout le monde n'a pas pu entrer. Un homme tente d'enjamber le grillage. Un autre se dit prêt à patienter jusqu'à demain s'il le faut pour saluer, une dernière fois, « le baobab »

Nous allons perpétrer l’héritage de ton combat.

A la cérémonie d'hommage au vétéran de l'opposition congolaise Etienne Tshisekedi, à Bruxelles
05-02-2017 - Par Joana Hostein

Kinshasa les yeux tournés vers Bruxelles

En RDC, en privé ou en public, les Kinois ont l'oeil rivé sur leurs téléphones portables où ils suivent via les réseaux sociaux les manifestations organisées à Bruxelles. Vidéos, photos et commentaires abondent sur les réseaux sociaux, rapporte notre correspondant.

La permanence de l'UDPS étant en travaux, elle ne peut accueillir militants et sympathisants a expliqué le porte-parole Augustin Kabuya. La présence quasi permanente de la police devant l’édifice, est d'ailleurs considérée comme une provocation par les militants du premier parti d’opposition. Des heurts ont déjà été signalés depuis l’annonce de la mort de Tshisekedi. Pour les alliés de l’UDPS dans le Rassemblement des forces acquises au changement, il est préférable, en attendant, d’organiser des recueillements en différents endroits comme l'a expliqué à RFI Lisanga Bonganga de la Coalition des Alliés de Tshisekedi. « Tshisekedi a une envergure nationale et internationale... On sent au niveau des partis politiques, des composantes du Rassemblement... que partout il y a le deuil, partout on pleure ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.