L’agriculture africaine menacée par les chenilles légionnaires

Champ de maïs en Afrique du Sud.
© Waldo Swiegers/Bloomberg via Getty Images

C’est un ennemi planétaire, une arme de destruction massive et surtout une menace pour les agricultures en Afrique : ce sont les chenilles légionnaires. Ces bestioles particulièrement voraces sont apparues en Amérique du Nord et elles ont émigré vers le continent. Le Zimbabwe a déjà fait intervenir l'armée. Les scientifiques britanniques du Centre for Agricultural Bioscience International, le CABI, sont très inquiets.

Elles sont appelées les Chenilles légionnaires. En Amérique du Sud et du Nord, elles ont déjà fait des ravages dans les champs de maïs. Elles sont désormais présentes en Afrique. Ces insectes sont un cauchemar, ils ont une stratégie que les scientifiques n'avaient jamais observée chez des larves.

Pour échapper aux pesticides, ces dernières descendent dans le sol pour se mettre à l'abri. Les chercheurs disent qu'avec la terre, elles se fabriquent un cocon protecteur qui leur permet d'avancer comme dans des galeries souterraines. C'est ce qui explique pourquoi ces chenilles détruisent n'importe quelle sorte de maïs, y compris le maïs transgénique, vanté justement pour braver toutes les attaques de larves.

Le mode opératoire est toujours identique, avec une installation dans les jeunes pousses pour ronger l'épi dans tous les sens. Mais cette faim ne s'arrête pas là, ces chenilles sont aussi capables de dévorer le riz, le sorgho, la canne à sucre, le coton, les fruits secs et les betteraves. Aucune chance pour les récoltes d'en réchapper.

Six pays africains touchés

La deuxième particularité des chenilles légionnaires est qu'elles sont capables de voler des kilomètres quand elles se transforment en papillon et de transporter près de 1 000 œufs de larves avec elles. Elles s’adaptent aussi très vite à des températures différentes.

Comment expliquer leur présence sur un autre continent ? L’étude britannique ne fait que le supposer : elles seraient venues par avion cachées dans des plantes destinées à la vente. L'Afrique du Sud vient juste de confirmer la présence chenilles légionnaires sur son territoire. C’est le sixième pays d’Afrique touché après le Zimbabwe, le Mozambique, le Malawi, la Zambie et la Namibie.

Le département des questions agricoles aux Nations unies prévoit un scénario plutôt noir, anticipant l'arrivée de ces chenilles en Asie et en Méditerranée. Les chercheurs en appellent aux gouvernements du monde entier. Ils veulent des fonds pour pouvoir étudier les façons d'éliminer ces chenilles et éviter ce qu’ils décrivent comme une « catastrophe planétaire ».