Republier
Cameroun

Cameroun: un mouvement anglophone milite pour une autre répartition des richesses

Des manifestants bloquent une route à Bamenda, région anglophone du Cameroun, lors d'une journée de mobilisation, le 8 décembre 2016.
© REUTERS/Stringer

La contestation se poursuit dans les régions anglophones du Cameroun. Le mouvement que l'on appelle le Consortium de la société civile anglophone a beau être interdit par les autorités, il reste mobilisé. Il appelle à une opération ville morte ce vendredi et samedi. Le mouvement envisage aussi désormais d'autres formes d'action.

Après la pression sociale, les grèves, les manifestations, les journées ville morte, les protestataires misent sur la pression économique. Le Consortium de la société civile anglophone demande à plusieurs entreprises, notamment pétrolières, de ne plus payer leurs impôts. De ne pas verser de taxes à ce qu'il qualifie d'administration corrompue.

Selon le mouvement, les richesses des zones anglophones sont transférées dans d'autres régions pour assurer leur développement, tandis que l'ouest reste mal équipé et manque d'infrastructures.

En fait, cet argument revient à exprimer d'une manière différente l'une des principales revendications du Consortium : un retour au fédéralisme. C'est-à-dire un système dans lequel chaque Etat percevrait impôts et taxes pour les entreprises installées dans la région.

Ce nouveau moyen de protestation ne fait pas l'unanimité, même parmi les personnes impliquées dans la contestation. Et surtout, le gouvernement refuse catégoriquement d'envisager un retour à un système fédéral au Cameroun. Les autorités ont déjà répété que le pays était unifié et qu'il devait le rester.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.