Des centaines de participants à la messe en hommage à Tshisekedi à Bruxelles

Des centaines de Congolais se sont réunis le jeudi 9 février pour la cérémonie religieuse en hommage à l'opposant Etienne Tshisekedi
© Nicolas Maeterlinck / BELGA / AFP

La basilique du Sacré-Cœur de Koekelberg de Bruxelles, en Belgique, était pleine à craquer ce jeudi pour accueillir la messe en hommage à Etienne Tshisekedi, l'opposant congolais décédé le 1er février dans la capitale belge.

Les chants, les youyous, les applaudissements ont résonné, jeudi matin, dans l’immense basilique de Koekelberg. En son centre, le cercueil d’Etienne Tshisekedi sur lequel est déposé sa casquette qu’il ne le quittait quasiment jamais.

Des centaines de Congolais étaient présents. Ils étaient venus se recueillir et dire un dernier au revoir à l’homme de la démocratie, « Tshitshi » comme ils l’appellent parfois.

Le représentant de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au Benelux, André Kabanda, a été l’un des premiers à prendre la parole. Il a apelé à poursuivre le combat de son leader : « Il faut appliquer son testament politique. Il faut que nous nous prenions en charge » - comme le répétait souvent Etienne Tshisekedi.

Katumbi rentrera « au pays avec la dépouille »

L’opposant politique Moïse Katumbi, également présent à la cérémonie, s’est exprimé avant le requiem : « Je rentrerai au pays avec la dépouille [mortelle] d’Etienne Tshisekedi », a-t-il déclaré, malgré les poursuites judiciaires à son encontre.

Le clan Tshisekedi n'a cependant rien déclaré en ce qui concerne la date et les conditions de rapatriement du corps du défunt au pays - un rapatriement qui fait toujours l'objet de différends avec le gouvernement congolais.

Dans l’immense basilique de Koekelberg, les Congolais présents sont émus à l’évocation de l’engagement politique de leur leader. Jean-Pierre, installé au premier rang, veut pourtant garder espoir. ‘’Ce qu’on a perdu, c’est vraiment incommensurable. Bon, il y aura toujours la relève. L’histoire nous l’a appris. On pensait déjà qu’après Lumumba il n’y aurait pas quelqu’un de sa stature. Peut-être que dans les prochaines années, pour nos enfants et petits-enfants, il y aura aussi quelqu’un qui va prendre la relève’’.

[Reportage] La diaspora s’est retrouvée le temps de la cérémonie religieuse
10-02-2017 - Par Joana Hostein

► A (RE)ECOUTER : l'édition spéciale consacrée à la mort d'Etienne Tshisekedi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.