Republier
RDC

RDC: calme précaire à Tshimbulu après des affrontements meurtriers

Tshimbulu se situe dans la province du Kasaï-Central, en RDC.
© RFI

Jeudi et vendredi, le 9 et 10 février, des affrontements ont fait au moins une soixantaine de victimes dans la ville de Tshimbulu, dans la Kasaï-Central. Des violences provoquées suite à l'incursion de miliciens se revendiquant du chef traditionnel Kamwina Nsapu. Ces miliciens cherchaient à venger leur chef traditionnel, tué en août dernier par les forces de l'ordre. Au lendemain de ces violences, un calme précaire règne dans la ville de Tshimbulu.

La population est gagnée par la psychose. Les activités reprennent timidement. Les marchés sont fermés, les écoles aussi. Les populations restent terrées chez elles. En fin de semaine, des habitants disent avoir vu des centaines de miliciens entrer dans la ville pour venger leur chef traditionnel, tué en août dernier par les forces de l'ordre. Selon plusieurs habitants, les miliciens étaient armés de machettes et de fusils de chasse... Et, face à eux, l'armée n'a pas hésité à tirer à l'arme lourde.

Les bilans sont assez fluctuants. Selon la société civile, au moins 60 personnes ont été tuées. Pour l'heure, les autorités n'ont pas fait de bilan de cette situation. Il faut dire que depuis quelques mois, l'administration locale ne fonctionne plus. Le maire, l'administrateur du territoire et même les responsables du tribunal ont quitté Tshimbulu car ils sont eux-mêmes menacés par les miliciens.

De son côté, la Monusco condamne les actions des miliciens, qui « recrutent et utilisent des enfants soldats pour commettre ces actes de violence contre l'Etat », indique un communiqué. La Monusco exprime aussi sa préoccupation concernant l'usage « disproportionné de la force » par les militaires.

Sur cette lancée, la Monusco demande aux forces de sécurité d'employer des moyens de réponses « acceptables » et répondant aux normes du droit international pour faire face à cette situation.

Nous avions à l'époque (..) observé une recrudescence de la violence...

Felix Prosper Basse, porte parole de la Monusco.
12-02-2017 - Par Bineta Diagne

A (re)lire → RDC: nouvelle flambée de violences dans le Kasaï-Central

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.