Jean-Marie Le Guen au Tchad sur fond de crise économique

Le président tchadien Idriss Déby lors de sa rencontre avec le Premier ministre français Bernard Cazeneuve, le 29 décembre 2016.
© REUTERS/Alain Jocard

Après le Niger, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat français au Développement et à la Francophonie, était au Tchad mardi 14 février où il a rencontré le président Idriss Déby et plusieurs membres du gouvernement. Une visite pour évoquer notamment la préparation de la prochaine table ronde des donateurs, qui se tiendra à Paris cette année. Deux conventions de financement ont également été signées.

Comme en décembre, la France accorde une aide budgétaire de 5 millions d’euros. Une deuxième convention pour un projet de 15 millions d’euros sur cinq ans destinés à l’aménagement de la capitale Ndjamena est signée. Un petit bol d’oxygène pour le Tchad qui traverse une crise financière particulièrement grave. La chute du prix du pétrole, qui représente deux tiers de du produit intérieur brut, plombe les finances publiques, les opérations militaires dans la région coûtent très cher et il faut payer chaque mois le salaire des 100 000 fonctionnaires.

Fin décembre, le Premier ministre Bernard Cazeneuve, accompagné du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, assurait à Ndjamena le soutien de la France face à la crise économique et sociale. En janvier, Ségolène Royal venait signer une convention pour la sauvegarde du lac Tchad. « Décidément, Idriss Déby est le chouchou du gouvernement français », ironise une figure de la société civile, qui regrette cependant que la France ne défende pas plutôt la démocratie et la bonne gouvernance.

Mardi matin, des étudiants manifestaient sur le campus de Toukra pour dénoncer notamment la suppression des bourses d'études. Cela fait partie des mesures d'austérité annoncées par le gouvernement tchadien pour faire face à la crise.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.