Republier
Bénin

Bénin: les ressortissants de 40 pays africains bientôt exemptés de visas

Le tampon de la police des airs béninoises.
© Wikimedia Commons / Vitorabdala

Les ressortissants africains n'ont plus besoin de visa pour des courts séjours au Bénin. C'était une promesse faite par le président Patrice Talon lors de son séjour au Rwanda en août dernier, pays qui exempte les Africains de visa d'entrée depuis 2013.

La mesure concerne les ressortissants de 40 pays africains, qui s'ajoutent aux quinze pays de la Cédéao qui sont déjà exemptés de visa. Une première liste de 30 pays circulait dans certains consulats, mais cela a été élargi à tout le continent.

Toutes les représentations diplomatiques sont informées et le ministre de l'Intérieur a envoyé une circulaire à tous les postes-frontière. Dans les faits donc, plus besoin de visa pour les courts séjours, ne dépassant pas 90 jours.

Mais comme c'est une période de transition, le temps que la nouvelle disposition soit intégrée, certains consulats, comme celui de Paris, recommandent aux voyageurs de venir retirer un visa de courtoisie gratuit afin d'éviter d'éventuelles complications avec la police des airs. Les autorités sont aussi en train d'informer les compagnies aériennes qui pourraient refuser d'embarquer des passagers.

C'est le premier volet d'une mesure globale concernant les visas. Le second concerne le monde entier : il sera possible d'avoir le document via Internet ou à l'arrivée. Pas encore de date de mise en service de cette procédure simplifiée.


■ La libre circulation à la mode en Afrique

En Afrique, cette aspiration à la libre circulation des personnes et des biens a le vent en poupe. Surtout depuis l'an dernier. Jusqu'à présent, des protocoles existaient au niveau des communautés économiques régionales. Mais l'Union africaine a décidé l'an dernier de pousser les Etats à mettre un terme au visa à l'entrée des pays africains, pour faciliter notamment l'intégration et les échanges commerciaux. L'UA travaille aussi à l'élaboration d'un protocole au niveau continental pour faciliter cette libre circulation.

Pape Ibrahima Kane, spécialiste sénégalais des organisations sous-régionales au sein de la fondation Open society initiative for west Africa (OSIWA).

Le pays qui est vraiment le champion, c'est les Seychelles. Après vous avez le Mali, l'Ouganda, le Cap-Vert, le Togo, la Guinée-Bissau, le Sénégal, Maurice, le Rwanda.
Pape Ibrahima Kane
15-02-2017 - Par Carine Frenk

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.