Adama Barrow prête serment devant sa «nouvelle Gambie»

Des partisans d'Adama Barrow arrivent pour sa prestation de serment, le 18 février 2017.
© REUTERS/Thierry Gouegnon

A Banjul, deux événements majeurs ont été célébrés à travers une seule et même cérémonie, ce samedi 18 février. La Fête de l'indépendance conjuguée à l'investiture du nouveau président gambien au stade de Bakau.

La cérémonie a débuté aux alentours de 15h. L’émotion était palpable dans les tribunes bondées.

Dans un stade bouillonnant, après quatre heures d'attente, l'arrivée d'Adama Barrow debout sur sa voiture, le poing levé, a été triomphale, libératrice. Le rassemblement d'une nation pour Kadouna.

Le nouveau président gambien a ensuite fait le tour du stade sous la clameur de la population gambienne, constituée de jeunes, de plus âgés ou encore de militaires et de membres des forces de l’ordre. La chair de poule, les larmes de joie, l'émotion étaient forts. Au coeur de cette foule en liesse, ému, Hassoum. « Nous marquons, nous célébrons, deux libérations. La libération de l'époque coloniale et la libération de 22 ans de dictature. Aujourd'hui nous ouvrons une nouvelle ère de l'histoire de la Gambie. Nous devons être fiers de ce jour car la Gambie rejoint la communauté des pays démocratiques. »

Le président gambien Adama Barrow à son arrivée au stade de Bakau à Banjul pour sa cérémonie d'investiture, le 18 février 2017. © Guillaume Thibault / RFI

Serment

Adama Barrow a ensuite prêté serment, son deuxième après celui de Dakar en catamini avant le départ de Yahya Jammeh

Un président célébré mais déjà la tête au travail. Dans son discours de clôture, devant des milliers d'enfants, Adama Barrow a listé ses priorités en mettant l'accent sur le social. « C'est la victoire de la démocratie, une victoire qui appartient à tous les Gambiens. Nous travaillerons à améliorer la nutrition, l'accès à l'eau potable, l'éducation de base sera gratuite. » Le président Barrow veut une Gambie plus juste, après les annonces, il doit désormais la créer.

La cérémonie s'est déroulée sous les yeux de nombreux chefs d’Etat de la sous-région, notamment Macky Sall. L’hymne gambien a résonné trois fois dans le stade en moins de trois quarts d’heure, accompagnée à chaque fois des chants du public. Les différents corps de l’armée ont ensuite défilé dans le stade.

Cette cérémonie clôt définitivement l'ère Yahya Jammeh qui préférait célébrer chaque 22 juillet sa prise du pouvoir. Cette fête populaire ouvre l'ère de la nouvelle Gambie plus libre souhaitée autant par le président Barrow que par le peuple gambien.

Le temps du changement est arrivé en Gambie, celui de la nouvelle Gambie. Oui, l'heure est venue !

Cérémonie d'investiture d'Adama Barrow à Banjul
18-02-2017 - Par Guillaume Thibault

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.