Burundi: le gouvernement demande l'arrestation d'opposants présents à Arusha

Dans une note verbale, l'ambassade du Burundi demande au gouvernement tanzanien d'arrêter les participants au dialogue poursuivis par la justice.
© Wikimedia

Les discussions lancées jeudi 16 février à Arusha pour une sortie de crise au Burundi se poursuivent. Ce nouveau round de dialogue doit s'attaquer aux questions de fond qui divisent opposition et pouvoir. Mais difficile de dire ce qu'il pourra en sortir : le gouvernement a en effet décidé au dernier moment de boycotter cette session en raison de la présence d'opposants poursuivis par la justice. Le gouvernement vient d'ailleurs de demander à ce que ces opposants soient arrêtés en Tanzanie.

C'est une note verbale datée de vendredi et émise par l'ambassade du Burundi à Dar es Salaam. Elle demande au gouvernement tanzanien d'arrêter les participants au dialogue qui sont recherchés par la justice burundaise. Aucun nom n'est cité, mais de fait, cette requête s'adresse à la quasi-totalité des opposants qui assistent aux discussions. Cette note verbale, dont RFI a obtenu la copie, ne comporte pas de cachet de l'ambassade, mais a été authentifiée par le ministère burundais des Affaires étrangères.

En réclamant ces arrestations, le gouvernement burundais persiste donc et s'inscrit dans la suite logique de son boycott annoncé mercredi soir à la veille des discussions. Mais il brouille aussi indirectement le travail du facilitateur qui a invité ces opposants et qui leur a donné des garanties de sécurité.

Cette note verbale n'a en tout cas pour l'instant pas été suivie d'effet. Benjamin Mkapa, l'ancien président tanzanien a reçu tour à tour ce vendredi les différents partis. Il leur a donné sa vision d'une sortie de crise et leur a demandé de revenir ce samedi avec des propositions. « Benjamin Mkapa navigue à vue », commentait vendredi soir un responsable de la plateforme de l'opposition, joint à Arusha.

Le Cnared se dit cependant déjà satisfait d'avoir pu rencontrer les nombreux représentants de la communauté internationale qui accompagnent le travail du facilitateur.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.