Sénégal: le maire de Dakar auditionné sur la gestion d'un fonds public

Khalifa Sall, le maire de Dakar, lors d'une visite à Niamey au Tchad, le 13 mars 2013.
© AFP/SEYLLOU

Le maire de Dakar a été entendu mardi 21 février par une brigade de la police. Khalifa Sall, membre du Parti socialiste, a été convoqué pour s'expliquer sur la gestion d'un fonds public accordé à sa mairie, mise en cause par l'inspection générale d'Etat. Ses soutiens, venus en nombre au tribunal de Dakar, ont dénoncé un acharnement du pouvoir.

Khalifa Sall est arrivé tôt dans la matinée du mardi 21 février au tribunal de Dakar pour y être auditionné. Il n'en est pas ressorti avant la soirée.

Des agents de la ville, ses sympathisants, des maires lui étant favorables, mais aussi des leaders de l'opposition ont donc patienté de longues heures dans la cour du tribunal. Certains arboraient des brassards et des boubous blancs sur lesquels était écrit « Touche pas à Khalifa Sall ».

« Depuis que Khalifa Sall a pris l’initiative de faire les listes aux élections législatives et d’être candidat en 2019, les déboires judiciaires ont commencé, explique Moussa Taye, conseiller politique du maire de Dakar. Mais nous restons serrés et confiants quels que soient les obstacles, quelles que soient les difficultés, nous irons jusqu’au bout ».

Le maire de la capitale sénégalaise, candidat probable à la présidentielle de 2019, est le premier élu convoqué dans le cadre d'une enquête sur la gestion par sa mairie d'un fonds d'appui. « Nous ne sommes pas des voleurs, nous ne sommes pas des corrompus », a-t-il affirmé à la sortie du tribunal.

Ses proches dénoncent une instrumentalisation de la justice par le pouvoir. Pour les autorités, il n’y a aucun acharnement politique derrière cette convocation puisque Khalifa Sall doit répondre aux enquêteurs comme n'importe quel citoyen.

Le maire de Dakar est de nouveau convoqué par la police ce mercredi matin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.