Bruxelles s'intéresse au commerce de l'ivoire

Le stock d'ivoire incinéré le vendredi 20 mars 2015 à Addis-Abeba pesait plus de 6 tonnes.
© REUTERS/Tiksa Negeri

La Commission européenne souhaite interdire les exportations d'ivoire brut d 'ici l'été ou l'automne prochain. Elle va publier un document intitulé « Les objectifs de la Commission pour l'ivoire ». Le trafic d’espèces sauvages est l’une des activités criminelles les plus lucratives au monde, générant entre 8 et 20 milliards d'euros par an.

Avec notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota

C'est une bonne nouvelle pour l'eurodéputée Catherine Bearder, qui propose une interdiction totale du commerce de l'ivoire. Les Etats membres de l'UE peuvent pour l'instant exporter de l'ivoire brut au sein de l'Union, mais uniquement celui acquis avant 1990 et avec un certificat. De nombreux documents sont malheureusement falsifiés, explique une source européenne et les trafiquants se sont mêlés à ce commerce légal.

Les exportations d'ivoire travaillé, comme les statuettes, resteront possibles pour les Etats membres. Mais la Commission indique qu'elle réfléchira également à de nouvelles restrictions d'ici la fin de l'année.

« Nous ne pourrons protéger les éléphants tant que ce commerce persiste, reste légal, sous une forme ou une autre », explique l'eurodéputée Catherine Bearder. Un point de vue partagé par lacoalition pour l'éléphant d'Afrique, qui regroupe 29 Etats africains.

Plus de 550 kilos d'ivoire ont été saisis en Europe en 2015. Les données pour 2016 n'ont pas encore été compilées, mais des saisies importantes ont eu lieu en Allemagne, en France, au Royaume-Uni et en Autriche.

→(Re)lire: Environnement: vers la fin du commerce d'ivoire d'éléphant ?